mardi 15 août 2017
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Le crash de Guillaume Basquin

     Guillaume Basquin est pilote de ligne et commandant de bord. Il a la quarantaine (bientôt la retraite !). Son hobby est la littérature et l’édition. Admirateur de Philippe Sollers, Jean-Jacques Schuhl et Marc-Édouard Nabe, il n’a cessé d’accabler ses trois idoles de courriers, d’appels, et de textes… Aujourd’hui, on peut dire qu’il s’est crashé, tout seul, par bêtise, orgueil, mauvais goût et maladresse. C’est la triste histoire d’un « intello » de Saint-Germain fasciné par le milieu des lettres des années 1970-1980, et qui a voulu se gonfler comme dans une fable de La Fontaine en grenouille revival… Personne mieux que David Vesper, animateur de la revue Adieu, ne pouvait rendre témoignage de l’accident littéraire et éditorial qu’est Tinbad.

NN.

 


Sur Les Porcs : « Portraits du mensonge »

     La vérité n’est pas relative. Elle est amour d’absolu, ce puits inépuisable qu’elle n’en finit pas de creuser pour étancher sa soif malgré la boue pâteuse du mensonge et de la suffisance érigés en fond indépassable et factice ! Elle est, selon qu’on l’omette ou qu’on la porte aux nues, celle qui brûle et celle qui irradie. Chaque homme est un combat en soi et la noblesse de la cause définit le guerrier qui est (ou qui sommeille ?) en nous. Et des combats qu’offre l’existence Nabe a choisi le sien : La Vérité ! Passant de son journal intime (que je n’ai pas encore lu car il est actuellement hors de prix et car je suis né trop tard à sa littérature pour acheter sa gerbe d’or à un prix plus que convenable, mais ça ne saurait tarder) au journal mensuel qu’il a lancé en 2003 pour trouver son apothéose dans les deux numéros du magazine Patience et dans ce gros pavé qu’est Les Porcs (Tome I).


 


De : Nicolas Gabet
Date : 28 juillet 2017 à 14:33
Objet : Les Porcs
À : contact@marcedouardnabe.com

      Bonjour !

     Je me permets quand même un petit commentaire sur Les Porcs, bien que j’aie pas encore fini de lire. Je ne saurais parler de style, ne connaissant pas grand chose, mais c’est très bien ficelé, ces petits chapitres, je ne me fais pas chier une seconde, je pouffe de rire assez souvent, ça suffit. Un truc qui me réjouit particulièrement, c’est votre rapport minutieux des évènements.