vendredi 1 mars 2019
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Adieu, affichage !

La vie de la revue Adieu suit son cours, et celle de son numéro 2 continue d’être agitée malgré un silence aussi attendu que surprenant, un silence général, total, abrutissant.
     Malheureusement, le positionnement d’Adieu est particulier : pas de notoriété grand public sur laquelle s’asseoir, pas d’amis, irrécupérable par tous les bords, totalement autonome, pas d’officine derrière, etc. Adieu n’a en réalité aucun des avantages possibles : aucune explosion des ventes par milliers (est-ce que ça existe encore ?) malgré, quand même, des chiffres à faire honte à toutes les autres revues ; aucune exposition médiatique (est-ce bien un désavantage ?) ; aucun soutien, etc. Si Adieu n’avait pas à se farcir tous les désavantages, ça irait ! Mais ils sont tous là au rendez-vous : censure, menaces, procès, réputation exécrable, et surtout attaque au porte-monnaie !
     Eh oui ! Si la revue semble être ignorée le plus possible, derrière, ça se bouge, et ça attaque ! La Mairie de Paris, celle du 4ème, demande aux responsables de la publication jusqu’à 1500€ ! Pourquoi ? Pour trois affiches collées dans la nuit – sans même qu’elle sache d’ailleurs, la Mairie, par qui. 500€ l’affiche A3. On croit rêver ! David Vesper a appris la bonne nouvelle directement sur son téléphone portable par un agent de la Mairie qui avait obtenu son numéro privé après que les collabos de « l’entreprise » Ent’revues ont balancé ! Ent’revues ce n’est rien d’autre que le site (et la revue papier) qui s’occupe de recenser toutes les revues et d’organiser le Salon de la revue auquel Adieu devait participer, et a participé, un mois plus tard, les 9, 10, et 11 novembre 2018 (mais c’est une autre histoire).
     C’est toujours aussi bien la France ! On s’attaque d’abord aux artistes et surtout à ceux qui se débrouillent seuls ! Et puis ça continue de balancer, de dénoncer, de traquer le moindre centime, histoire de faire taire le plus possible, alors que tout est pourtant déjà tu. Et dire que c’est la Mairie du 4ème, la plus LGBTQ+ (cette nouvelle dictature inattaquable) friendly qui réclame, seule, alors que des affiches ont été collées partout ailleurs, par dizaines ! Le Marais homophobe ? Transphobe ? Michelsimonphobe ? Tout ça avec l’aide planquée et petite bite des responsables du site et de la revue Ent’revues qui n’assument pas d’être de gros délateurs alors qu’ils prétendent être des influenceurs (comme on dit maintenant) littéraires ? Bande de salauds ! Honte sur vous ! Ils peuvent crever ! Ils veulent qu’on quitte tous la France ? Adieu ?