mardi 27 juin 2017
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Sur Les Porcs : « Marc-Édouard Nabe ou Le Kamikaze Cosmique »

     En guise de préambule, je dois dire les raisons qui m’ont poussé à m’interroger sur Marc-Édouard Nabe, écrivain sulfureux s’il en est, accusé par certains d’être antisémite, traité par d’autres de « cerveau malade ». Au-delà du fait que j’ai lu Au régal des vermines il y a quelques années et que j’en garde un souvenir plutôt enthousiaste, il se trouve qu’en avril 2016, j’ai eu l’occasion de rencontrer Nabe dans sa galerie parisienne, sise au 4, rue Frédéric Sauton, dans le 5e arrondissement, aujourd’hui fermée, hélas. Lui apprenant que j’étais un maniaque de la langue française, que j’aspirais à travailler dans l’édition et que j’avais, à force d’études sorbonnardes et de stages sous-payés, une modeste expérience dans ce domaine, il me dit que lui-même cherchait justement un correcteur pour son prochain livre…

 


Costes : fin ?

Si ce n’est pas la fin de Jean-Louis Costes, ça y ressemble… Après les réponses justes et argumentées d’Orange Joe et de Frédéric Capron, publiées dans Nabe’s News 2 suite à sa réaction de fillette enchocolatée, le désormais notoirement mauviette intellectuelle, artistique, et physique, Jean-Louis Costes, ne trompera plus personne sur sa « rebellitude ».

Le pauvre a fait l’erreur de se laisser défendre par des « costesiens », tant pis pour lui. Apeuré au point de retirer tout son fil de discusson Facebook sur Nabe quand il s’est aperçu que chez ce dernier rien ne se perd, c’est Costes lui-même qui s’est perdu… Il n’a rien à répondre, rien à dire, plus rien à créer. Seuls ses fans parlent pour lui, et si mal, ou plutôt si bien…

 


Courrier

De : Delaffre
Date : 20 juin 2017 à 21:56
Objet : Formulaire de contact :
À : contact@marcedouardnabe.com

Bonjour Marc-Édouard,

Enfin un livre subversif, métaphysique, concret, moderne, littéraire, jeune, rationnel, formel, historique.
A l’heure où les dissidents s’entretuent avec comique, il était bon de rappeler l’origine de ce fléau et d’en examiner les effets à travers une œuvre d’art. Tous les problèmes de notre époque en ressortent formulés, chose rare et importante…