mardi 30 janvier 2018
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Courrier

Expéditeur: Conflikt Arts
Date: 5 janvier 2018 11:42:36 UTC+1
Objet: Stickers couverture Patience 3 : Commande annulée

Bonjour,
Suite au contrôle de votre fichier, nous vous informons que nous n’assurerons pas l’impression de vos stickers.
L’article L. 122-1 du Code de la consommation qui stipule qu’« il est interdit de refuser à un consommateur la vente d’un produit ou la prestation d’un service, sauf motif légitime ».

Exemples de cas légitimes de refus de vente : « La nature ou le contenu de la commande est illégal ou condamnable (contrefaçon, message à caractère raciste, discriminatoire ou incitant à la haine ou à la violence). »
Nous allons donc procéder au recrédit immédiat de votre carte bancaire.
Merci pour votre compréhension
Cordialement,
Le service client Conflikt Arts

*

De : Nicolas Gabet
Date : 30 décembre 2017 à 15:12
Objet : Formulaire de contact : Adieu, et un fou, vrai de vrai celui là
À : contact@marcedouardnabe.com

Bonjour ! désolé je ne peux pas m’empêcher de vous parler de ce que je vous lis. Ca passera un jour, oui oui. Mais je suis très étonné, surpris et touché de lire le texte de Vesper sur Johnny. Longue vie à Adieu ! Et pour finir, j’ai trouvé ma limite dans la vidéo fiche MK Ultra de Nabe. J’ai cru trouver ça drôle au début, j’en suis sorti TRAUMATISE. Ce type est très dingue ou fait exprès (il a pas l’air). Comme quoi ! Même moi… On a tous nos limites. Allez je retourne avec Stockhausen

De : Nicolas Gabet
Date : 29 décembre 2017 à 14:28
Objet : Formulaire de contact : Carlos et Patience
À : contact@marcedouardnabe.com

Bonjour ! D’abord, merci pour le Patience que j’ai reçu ce matin ! Je l’ai à peine feuilleté, et ça promet déjà un grand moment de rire et saine libération, à partager sans crainte. Rien que la phrase de Catsap : « Finalement on se fait chier à Auschwitz » m’a rendu heureux pour la journée, qui pourtant partait pas top. Et vous osez nous faire baver avec ces sublimes photos de vos femmes ! Vous êtes chiés !… Et puis vous nous gâtez trop. D’un autre côté, c’est vous qui m’avez rendu quasi boulimique de lecture, dans la glace de l’isolement… il faut bien nourrir son Fankenstein. Et vous le nourrissez franchement bien. D’autre part, j’ai lu la très belle lettre de Carlos à propos de Bouteldja, nymphe de glace chaude… Je me disais, j’espérais, qu’il pourra lire Patience dans sa cellule ! Allez au revoir

De : Nicolas Gabet
Date : 2 janvier 2018 à 15:39
Objet : Formulaire de contact : Bonne année d’amour !
À : contact@marcedouardnabe.com

Décidément, on se régale avec vous en cette fin d’année ! Moi, j’écris des trucs pour moi sur vous, des fois, assez souvent même, mais j’ai pas encore vraiment de récepteurs pour ce que j’ai à dire, si ce ne sont les quelques proches à qui j’ai conseillé de vous lire. Ces derniers temps furent évidemment très alcoolisés et chaotiques, voilà ce que j’en ai sorti, j’y pensais avec tellement de passion que je l’ai écrit avec l’intention ferme de vous l’envoyer, finalement il n’y a peut être qu’un truc ou deux d’intéressant ou de touchant… Ca va un peu long et loin et en plus je radote. Tant pis ! Je ne suis pas avare en commentaires mais dîtes moi si je vous soûle. Les Porcs, c’était une libération jubilatoire ! Moi, j’en avais presque rien à foutre, finalement, de la brume Soral/Dieudo et des autres, malgré tous les dégâts qu’ils ont pu faire dans les esprits qui m’entourent, avec leurs conneries. C’est trop bon de savoir que ce n’est que le commencement, « La Paix » … En plus toute cette histoire est racontée avec un détachement et un humour nécessaires, le contraste entre les aventures souvent dérisoires ou honteuses de ces personnages et vos analyses géniales des conflits au Moyen-Orient, qui ont ensanglanté diaboliquement cette première décennie du 21e (Ne parlons même pas encore de la suite, je sais que vous allez en parler.) Vous savez, ces conflits auxquels les gens de mon genre, pourtant tous concernés, ne comprennent (comprenaient ?) rien, avec toute cette désinformation… C’était pourtant pas compliqué… On a gravement besoin d’éducation ici. Aussi je suis probablement encore trop couillon angélique pour comprendre les forces qui animent nos militaires… C’est une autre question. Bref, c’est à tel point que Soral, Laïbi et les autres personnages, finalement on les aime bien ! Je veux dire qu’on éprouve même une vraie tendresse, une tristesse même pour eux, de les voir en arriver là, de lire vos analyses pourtant relativement tendres !… Je lis une vraie sollicitude pour l’esprit torturé de Soral… Comment dire… Même Yves ! Je le trouvais plutôt sympa, dans le livre ! Quelle connerie de vous attaquer ! Finalement, votre Avertissement, tout violent qu’il soit, n’était qu’un appel vers quelque chose de beaucoup plus sage. Après vous avoir lu, il n’y a plus vraiment de haine (j’ai un sérieux côté Bisounours, certainement) je trouve plutôt que c’est la tendresse, la maîtresse, qui domine. Et ils ont tous été trop cons de croire que ça n’allait être qu’un bouquin haineux qui leur aurait exclusivement été consacré ! (Voir la vidéo ricanante de Soral là dessus). Enfin… Le plus important est ailleurs, et je vous sens vainqueurs pour la suite, parce que je vous aime. Un truc cool, aussi : quel plaisir de retrouver des personnages de L’Homme qui arrêta d’écrire, mais « en vrai » ! Je pense bien sûr à Nadia, Kakou et Lili. Une rectification : J’ai quand même ressenti une sorte de haine à un moment, ou plutôt de mépris, d’envie d’insulte, en fait j’avais comme envie d’attraper Yann Moix, de lui faire des guili-guili sous les aisselles tout en lui larguant des glaviots sur la face. C’est un peu pervers, je sais, mais j’avais pas attendu de vous lire pour le détester, celui là. Enfin, si je peux oser dire : MERDE ! Je vous jure qu’Hélène, à la page 40 de Patience 3, est le sosie de ma mère dans les années 80, juste avant ma naissance ! J’ai des photos, c’est la même clavicule, le même cou et surtout les yeux et la bouche, le même genre de beauté ! Ca y est, je retombe amoureux de ma mère, pervers ! Enfin, je vous hurle que CATSAP est exceptionnellement drôle, j’avais sous-estimé le personnage, en ne lisant que ses aphorismes dans la Vérité. Merci à vous et à lui ! Ca y est, j’ai tout dit ! J’embrasse l’image du grand Sioux Sitting Bull, et je travaille à re-travailler vraiment, pour de vrai ! Fainéant que je suis ! Je vous souhaite une très bonne année révolutionnaire !

*

De : Hélène Brunet
Date : 29 décembre 2017 à ÉÀ:éç
À : contact@marcedouardnabe.com

Bonjour Marc-Edouard
Je viens de te redécouvrir…quel bonheur t’entendre parler!
Dans le temps, c’était à L’Idiot, mais je ne t’y ai jamais rencontré. C’était en 1991.
C’est marrant, te redécouvrir me renvois à une année cruciale: 1991 décès de mon frère. Or il y a trois mois j’ai perdu ma mère. Et comme dit Cohen, perdre sa mère c’est perdre son enfance. Je m’enivre avec de l’ailleurs, de l’évasion et tu en fais partie.
Merci!
Hélène

*

De : BUIRON Florian
Date : 5 janvier 2018 à 02:11
Objet : Formulaire de contact : remerciement
À : contact@marcedouardnabe.com

Monsieur Nabe,

Je viens de commander votre dernier livre, Les Porcs (1) et je suis tombé sur la longue interview d’Octobre 2017.
Quel parcours du combattant vous avez traversé ces dernières années, et quel ténacité pour que votre oeuvre puisse exister .
Et dans ces conditions matérielles et morales vous avez réussi à sortir encore des mille pages, vos Noces de Figaro à vous, votre Parsifal.
Vous êtes un artiste et un artisan vrai, de votre temps comme il n’y en a plus beaucoup . Vous trouvez cette force de travail pour accomplir ce que vous considérez comme un devoir, et c’est ça qui donne votre dimension d’écrivain au sens premier.
Je transmets mon admiration, pour votre oeuvre et votre raffinement (au sens célinien du terme ..)
Grand admirateur de Céline, j’ai trouvé votre livre Lucette absolument remarquable dans le fond comme dans la forme .
Continuez à nous transcrire votre vision du monde et votre vérité .
J’espère lire à l’occasion de l’anniversaire de sa naissance, votre hommage à Monk que vous chérissez tant et qui nous fascine tous .
Vos pages sur le jazz sont sublimes, prenez du temps pour Thélonius, il en vaut peut-être encore plus la peines que vos contemporains abscons.
Je vous transmets toute mon amitié et encore une fois merci pour votre travail, pour votre exemple.
Florian BUIRON

*

De : Ibn Hishem
Date : 8 janvier 2018 à 14:06
Objet : Formulaire de contact : Sur vos bouquin
À : contact@marcedouardnabe.com

J’aimerai vous rencontrer et discuter de vos ouvrage et les partager avec quelques amis .
Nous somme une génération de contre dissident qui rétorque sur dieudo et soral sur la doctrine antisemite et pro shiite qu’el effectue dans leur bizness video.
J’espère sincèrement avoir de vos nouvelle.
Amicalement ibn hashim.
(J’ai 27 ans et je suis cuisiner et Patissier )
(Mon passé temps à le recherche d’infos véridique )
Le livre patience ma montrer que j’étais pas seul à penser ainsi.