dimanche 15 décembre 2019
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Courrier

Frère adorable ! « Patience 4 » est à l’extrèmité métaphysique de l’Art Total où tu es, une fois(foie) de plus, précurseur, de la destruction spectaculaire du « vedettaria » que tu as métamor(met-ta-mort) phosé en mythe : l’Artiste Nu jusqu’à la sexualité hestétique du corps réel spirituellement incarné. Un nouveau magasine : « JUIVERIES » oú tu pourrais penser artistiquement (peintures, textes, photos, détournements) ce qui NOUS tracasse l’anus depuis la Nuit des Temps des Longs Couteaux(Canifs?)

à savoir ce que cela veut dire << être Juif >> sans pour autant devenir << antisémite >> par amour du prochain Goy ? HEIL LOVE U 4EVER & WELCOME 2 MY SLIP Catsap
Merde ! Toi & AleXandra c’est plus fort que le pauvre Lennon avec sa Jaune Yoko nus avec une guitare sèche (comme leurs corps blancs jaunâtre fripés) pour cacher la bibitte à Jauni !
OUI ! Vous avez réalisé l’oeuvre choronnienne-soutinique indépassable car ni obscène ni vulgaire ! La pornographie, avec toi et ta pute immaculé, est entrée dans l’Histoire de l’Art.
Pardon, bravo et mer6 pour ce Patience remettant les pendus à l’heure du Jugement Dernier avant d’y aller : à l’échaffaud de la Vérité nuptiale de la Vie Libre du travail d’exister ! J’aime beaucoups ta nénette.
Avec Patience 1,2,3 tu énervais aggaçais les médiatiques, maintenant, c’est à dire depuis Patience 4, tu leur fais PEUR.

Catsap, 11 octobre 2019.

*

C’est de l’amour pur dont on presse les pages pour voir la jointure.
Par ce montage il y a quelque chose de vaudou médecine africaine ? j’emploie des mots inexacts pour comprendre ce qui agit. Vos deux joies pures qui se rencontrent pour mettre à jour cette poésie. Mystére créateur de l’éponge juive d’Alexandra. Ça danse profond et cela guérit . On voudrait prendre les mots pour décrire, à quoi bon. C’est étonamment nouveau , drôle, vivant. Les visages, les sexes, les langues,le sourire d’Alexandra à coté d’un sein tout rond … Tout comme des totems réinventés. Votre écriture n’est jamais allée jusque là. C’est à la fois une transe et infiniment calme.
Merveilleux
Nicole Mercadier.

*

De : Costa Diacoumidis
Envoyé : vendredi 4 octobre 2019 20:33
À : secretariat Marc-Edouard Nabe
Objet : les 3 premières minutes du discours de Zemmour, convention de la Droite, le 28/9/2019

Salut Marc-Edouard Nabe!

J’ai écrit entièrement les 30 minutes du discours de Zemmour, du sous-Drumont, qui lui, au moins, avait une sacrée plume…Cet idiot me tape sur les nerfs, je vais le déconstruire argument après argument, j’ai semé une merde sur son site et ses pages, si tu savais… :

« Je savais que étiez nombreux, mais je ne pensais pas à ce point-là, commence l’essayiste Zemmour, puis, :

– « Je savais que vous aimiez les chimères, mais je ne croyais pas à ce point ! Où vous croyez-vous, franchement ? Aux Etats-Unis, en Autriche, en Italie, en Hongrie, en Pologne ? Croyez-vous vraiment qu’on va échapper à un deuxième tour MLP-Macron ? Vous n’êtes pas sérieux ! Martèle-t-il…Pas raisonnables, vous n’y croyez pas quand même ? Je sais que Joseph de Maistre avait dit : Le peuple français est le plus facile à tromper, le plus difficile à détromper et le plus puissant à tromper les autres, mais enfin quand même, c’est réglé, c’est plié, circulez, y’a rien à voir ! Vous savez qu’on est en France quand même et qu’en France, on a la Droite la plus bête du monde, on est le pays des droits de l’homme et de la droite la plus belle du monde, vous savez quand même que c’est projeté !? J’ai bien lu le thème de la convention. Comment trouver une alternative au progressisme ? N’entendez-vous pas dans ce terme le mot de « progrès », c’est la grande affaire de notre temps, la grande religion de notre temps, autre chose que Moïse ou Jésus-Christ ; comment ne pas louer cette magnifique révolution industrielle, qui a permis la boucherie de Verdun, comment ne pas aimer cette science qui nous a donné la bombe atomique, comment ne pas s’extasier devant la magnifique révolution française, qui a donné la Terreur et ces lendemains communistes qui nous ont donné le Goulag, comment ne pas être progressiste ? Il y avait aussi la péniciline et les antibiotiques, la sécurité sociale. C’est vrai qu’on a longtemps hésité, Il y avait de quoi ! Mais depuis quelques décennies, la moindre hésitation n’est plus possible, le progressisme n’est plus discutable. Le règne de l’individu libre a abattu les vieilles barrières entre les humains et les anciens préjugés. Le patriarcat est mort et les femmes libérées de millénaires d’oppression.

La mondialisation a fait sortir cent millions de Chinois et d’Africains de la misère et tant pis si ça a plongé des dizaines de milliers d’européens dans le chômage et la pauvreté.

Après tout, les ouvriers blancs ont bien profité de la Colonisation et de l’échange inégal ; il est logique qu’ils paient.Comment ne pas être séduit par ce vent de liberté ? Comment ne pas approuver toutes ces voix qui sanctionnent la pensée et la parole, on est bien plus libre en pensant bien et en taisant des pensées mauvaises. Comment ne pas admirer ces hommes au système pileux abondant qui peuvent enfin avouer leur vraie nature de femme , de ces femmes qui n’ont plus besoin du contact dégoûtant des hommes pour faire des bébés, ces mères qui n’ont plus besoin d’accoucher, Comme le dit la magnifique madame Agnès B. : Une femme peut être un homme. »

Fin des 3 premières minutes. .Bien à toi, Costa…Les autres 28 minutes sont pires encore, il est nullissime et victimaire, Zemmour le réprouvé qui a le don d’Ubiquité (sic) !

*

De : Costa Diacoumidis
Envoyé : lundi 14 octobre 2019 21:18
À : secretariat Marc-Edouard Nabe
Objet : Re: Page :  » Tous contre le populisme » (Eric Zemmour).

Re, MEN,

Je te lis sans cesse, tous les jours, tu es un grand, quand bien même on t’ignore, tu es le plus grand écrivain contemporain français; « Au régal des vermines » est un Chef-D’oeuvre, pareil pour « L’Enculé » (je me suis poilé si tu savais), « Morceaux choisis » est sympa, ça permet de connaître certains aphorismes de tes autres oeuvres, comme « Inch’Allah » (que je n’ai pas et te commande) pareil pour les « Porcs » volume I (je sais que tu écris le II), vraiment, je ne comprends pas; néanmoins à partir de demain, je vais publier que des extraits de tes livres et que tous mes bien-pensants d’amis facebook lobotomisés par les niaiseries de Christine Angot ou les géniales maximes d’Anne Hidalgo, comment ne pas s’émerveiller devant tant de sottises et de prosaïsme? Comment ne pas admirer un Houellebecq qui nous raconte ses partouzes avec sa tronche de cake, son dentier et ses fringues ringard; je trouve qu’il n’a pas de style, quand à sa pensée, oui, mais…On est très loin de ton talent, de ton audace aussi, car il en faut; tu es en fait le seul vrai témoin du début du siècle et tu seras reconnu pour ça, prédiction (tu vas me dire c’est maintenant que tu aimerais la célébrité)…

Ton lecteur inconditionnel, Costa