mardi 15 août 2017
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Courrier

De : Axel Ingé
Date : 12 juillet 2017 à 16:56
Objet :
À : contact@marcedouardnabe.com

Cher Marc-Edouard,

J’ai découvert votre œuvre, il y a prés d’une dizaine d’années, et ceci chez l’un des personnage de votre dernier livre, Monsieur Sta, qui possédait entre autre un très beau Céline violet et vert. Des Monsieur Sta, d’ailleurs il y en a deux, mais ceci vous le savez sans doute…

J’avais dévoré Une Lueur d’espoir, livre qui me rassurait sur ma santé mentale, car à cette époque je passais ma vie entre Paris et Montréal, où, les thèses funestes du complotisme étaient déjà profondément ancrées dans les esprits. Canada, où je croisais régulièrement Dieudonné, qui tentait alors de ce refaire une virginité scénique, (en même temps que Juppé du reste…) et ça marchait ! les québecois en bon soc-dem assumait un anti sionisme complotiste, celui-là même qui permet d’être antisémite sans avoir à l’assumer.  En revenant en France j’ai eu le malheur de constater que cette gangrène avait aussi finie par s’infiltrer dans biens des esprits.
     Bravo ! pour ce premier tome des Porcs qui racontent une décennie ou bien des choses se sont jouées : la fin de la tv, l’effondrement du monde de l’édition traditionnelle, mais aussi et surtout la révélation des monstres. A mon sens, l’apport principal de votre livre est d’avoir parfaitement compris le rouage essentiel de la mécanique du complot : l’induction. C’est en effet exactement le miroir du couple juif-sioniste, seulement là c’est le couple paumé-complot. Et il est évident que le danger est d’autant plus grand que le nombre de cons est nettement supérieur à celui des juifs, il y en a, certains qui cumule, mais c’est un autre sujet…
     Merci ! pour ce grand livre, riche, drôle, intelligent et informé où en ayant le plaisir d’errer dans Paris on voit les ombres de la médiocrité s’étendre inexorablement. Mais, lueur d’espoir ! Nous savons que brille un feu, la Vérité, vous la dévoilez et armé de cette lance fatale qu’est le rire, alors il ne nous reste plus qu’à attendre… le prochain tome.

Capricornement vôtre,

De : Max Guerin
Date : 3 août 2017 à 15:16
Objet : Formulaire de contact : Un bon coup dans leur groin !
À : contact@marcedouardnabe.com

     Cher Mr. Nabe,

     Je viens de terminer la lecture de vos Porcs ! Quel chef-d’œuvre de littérature, un vrai abattoir ! Ça scintille de tous les pores sous votre unique plume et ce en un sanguinolent bain d’encre. Votre pavé (qui vaut tout ceux de 68, 1868 : L’Idiot) m’a suivi à travers un triste Paris gris et une Vienne caniculaire où le grand Schiele aura eu le malheur de naître (et de mourir, d’une grippe espagnole à ça !) et avec lequel, tel la lanterne du Grand Diogène, j’y ai cherché en vain un honnête homme. Cet homme, cher Mr. Nabe, c’est vous et seul un porc idiot (car il y en a d’intelligents dans notre singulière espèce, votre livre à l’appui) et aveuglé par sa propre merde conspi (consti ?) ne pourrait le voir.
     Des porcs comme les votres, j’en ai connu beaucoup dans mes nombreux voyages mais aucun dont j’aurais eu le courage d’égorger moi-même par peur d’être éclaboussé de leur sang impur. Alors merci, merci pour nous tous exilés, pour avoir fait ce travail sale (mais beau) à notre place.

Vous avez un ami en Grèce.

Vive l’anarchie !
M. Guerin

PS : À quand des traductions en grec, allemand et arabe ?