dimanche 31 décembre 2017
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Courrier

De : Aziz
À : contact@marcedouardnabe.com

Les Porcs ! Très puissant ! Violent même ! Toute la férocité du livre réside, entre autres, dans cet attachement viscéral aux faits. En ce sens, on peut rapprocher Les Porcs, je crois, de ta référence première : la Bible. Si dans tout roman pulse une bible, comme tu l’expliquais dans ton journal intime, dans les Porcs pulse la Bible. Peut-être pas comme la Divine Comédie dans L’Homme, mais les battements s’entendent tout de même !

On pense souvent que les textes scripturaires sont en premier lieu des récits métaphoriques : c’est à l’évidence faux. Le Coran comme la Bible se veulent des textes factuels : Dieu rappelle des faits (le « compte de faits » !) Ce qu’Il a accomplis, ce qu’on accomplit Ses Messagers et leurs ennemis etc. C’est ainsi que, face à un conspirationnisme qui nie ces faits même, ce style d’expression est le plus approprié : tu nous rappelles les faits relatifs à certaines thèses conspirationnistes, mais aussi ce qui s’est produit au sein de la nébuleuse conspirationniste. La première partie de ton réquisitoire n’en est que plus efficace ! Tu nous rends témoins de la genèse de cette sous-pensée si dévoyée.
Quel hommage aux vrais musulmans combattants ! La triade, dans l’ordre chronologique du combat : Carlos, Sheykh Oussama Ben Laden puis Sheykh Abu Mussab Al Zarqaoui ! On t’attaquera sur ce que tu dis des Arabes : et alors ? Rappeler leur bassesse désormais généralisée (la plupart bafouent leur propre religion depuis bientôt 100 ans) ne fait que mettre encore plus en lumière la valeur de ceux qui sont restés droits. Un grand savant sunnite écrivait, en parlant des égyptiens, qu’ils « vénéraient le pouvoir » : on peut appliquer ce constat à la plupart des Arabes, hélas ! D’une certaine manière, vous vous rejoigniez. Tu ne seras pas surpris d’apprendre que ce savant fut une référence pour Ben Laden !
Et le lâchage des chiites, j’ai jubilé ! Peut-être le sais-tu déjà mais Zarqaoui expliquait dans un audio l’origine de ces chiens : selon lui, et c’est la thèse de tout sunnite djihadiste, le chiisme provient d’un Juif colporteur de fausses croyances au sein de la Ummah. Un chiite, c’est donc un Arabe ou un Perse qui croit les paroles d’un Juif et non pas celles de ces frères bien guidés. Ne les appelle-t-on pas en arabe « rafidah », c’est-à-dire « ceux qui rejettent »… ceux qui nient donc! La véracité du Coran, la Sunnah du Prophète (saw) et maintenant les chambres à gaz…
Faut-il encore rappeler que ces porcs de traitres commémorent chaque année la mémoire de l’assassin perse d’Umar Ibn Al Khattab, deuxième Calife de l’Islam, celui-là même qui conquit… Jérusalem ?
Enfin, on ne peut que continuer de saluer ta cohérence de chrétien byzantin. Comme ils méprisaient les premiers croisés, tu méprises les derniers : on le savait. Ce que j’apprenais dernièrement c’est qu’au dixième siècle, alors que le Califat Islamique et l’Empire Byzantin se faisaient face, certains byzantins placèrent les portraits de certains musulmans valeureux au sein même de leurs églises. L’esprit est le même, je crois, dans ta littérature comme dans ta peinture. Cohérence italienne même, tout droit venue de la Renaissance : n’est-ce pas Titien qui effectua quatre portraits du plus grand djihadiste de son temps, Souleymane le Magnifique ?
On discerne déjà la terrible vengeance (le « déluge ») qui s’abattra bientôt sur les porcs conspirationnistes… On dira que c’est trop trash, très bien…
C’est pourtant connu : les tigres comme les lions sont violents, jamais Méchants !

*

De : Adrien
Date : 18 décembre 2017 à 22:11
Objet : Formulaire de contact : info commande
À : contact@marcedouardnabe.com

Bonsoir,

je vous ai passé commande à la fin du mois de novembre (n°123114 ), et à ce jour, je n’ai reçu « que » le Patience n°2. Non pas que je sois pressé (attendre ne me dérange pas), mais je souhaitais savoir si la situation était normale.
J’en profite pour vous communiquer tout mon enthousiasme pour le Patience n°2. Cette articulation entre l’histoire (tragique) du journal, la trajectoire personnelle de l’écrivain, l’air politique de nos temps, sur fond de mystique de la vérité est magistrale. Je ne m’attendais à pas grand chose (sérieusement, je n’avais qu’une idée vague du contenu de la revue), puis je l’ai dégusté comme un pamphlet exaltant et exalté, mais sa conclusion va tellement plus loin car on touche dans sa pureté nue l’intime dans ce qu’il a de plus vibrant de Marc-Edouard Nabe. La forme (de la revue, très belle, là n’est pas la question) nuirait presque à ce que le fond dévoile. En tout cas c’est un texte que je ne cesserai de conseiller autour de moi, car il est salutaire aussi bien pour comprendre la décadence Charlie Hebdo mais aussi pour posséder des clefs de lecture ou d’entrée dans l’univers nabien.

Gageons que Choron aurait apprécié cette dernier bise en forme de doigt d’honneur.

Mes sincères salutations
Adrien

*

De : Khider Christophe
Date : 22 décembre 2017 à 04:10
Objet : Formulaire de contact : Ton art..
À : contact@marcedouardnabe.com

Cher cher Nabe, tu m’as envoyé « Les porcs » avec une belle dédicace et je t’en remercie, en une nuit, j’ai déjà bouffé la moitié de ton bouquin, quelle verve, MERDE, je suis ancien responsable de région pour ER de 2011 à 2014 et proche de Dieudonné, j’ai malgré leurs efforts pour m’en dissuader, toujours suivi ton œuvre…mais BORDEL, ce crachat de vérité à chaque page, comme dirait Céline à la NRF: il y en a pour un siècle entier de littérature, dès à présent il faut le 2, le 3, le 4 et vive les sociologues! Réponds à ce mail, si le cœur t’en dis, et j’espère que tu vas le faire, moi de ce pas, je vais te commander Patience 3, dédicace le moi avec une de tes fléches dont tu as le secret ..j’ai écrit un article sur tes livres et vu que je suis très suivi sur ma page FB, t’imagine bien que je me suis mis à dos une bonne parti des « Soraliens », alors qu’ils forment 2/3 de mon lectorat, qu’à Dieu ne plaise,QUOS VULT PERDERE JUPITER DEMENTAT , et je finis cet opus pour écrire sur « Les porcs », beaucoup m’ont déjà demandé mon avis: c’est du 5 étoiles, achetez le et fermez la, même avec 15 ans dans un caisson Mengelien, Soral serait incapable de pondre 100 pages de cette qualité..Au plaisir de vous rencontrer Maestro, je te laisse mes coordonnées… Tu me ferais un beau cadeau.

*

De : Arnaud Mazière
Date : 24 décembre 2017 à 14:38
Objet : Formulaire de contact : En passant…
À : contact@marcedouardnabe.com

…Pour ma commande du dernier Patience.

Je viens de finir Nuage et La Marseillaise, vos deux courts hommages.
Je dois dire que ce sont deux véritables chefs-d’oeuvre, et je dis cela avec d’autant plus d’objectivité que je ne suis pas particulièrement sensible au jazz, ne sachant même pas qui était Albert Ayler avant ma lecture…
Rapidement.
De Nuage, les descriptions des mains de Django sont absolument remarquables.
Pour La Marseillaise, la mise en littérature de l’hymne joué par l’orchestre est d’une vérité étonnante, si comme moi, on en découvre l’écoute pour la première fois ensuite.
Bref.
Quel que soit l’avis que l’on a sur votre personnalité ou vos idées, comment est-il possible de faire l’impasse sur votre intense talent littéraire ?

Joyeux Noël, monsieur Nabe !
Arnaud

*

De : Marion
Date : 26 décembre 2017 à 22:25
Objet : Formulaire de contact : une toile de prince
À : contact@marcedouardnabe.com

Bonsoir Monsieur nabe,

Je m’appelle Claude Marion, écrivain comme vous, je dois publier un livre l’année venante avec Daniel Conversano, et, voyez-vous, je suis un grand fan de Prince. Mais je n’ai pas les moyens. Je vous propose 150 euros (prix d’ami) pour avoir un tableau de vous. Après je suis que je suis un gros facho et quelqu’un de peu fréquentable, mais je me disais… J’aimerais, en sus, avoir le choix du tableau sur les invendus. Mes amitiés. C. Marion.