lundi 11 mai 2020
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Deux morpions de Soral et Laïbi voulaient absolument être dans Nabe’s News !

Presqu’au même moment, deux ratés totalement inconnus montrent les dents contre Nabe en ignorant qu’ils sont les jumeaux d’une même rancœur.

1) Romain Jules Guérin

     Le premier est un soralien manifeste qui n’a rien d’autre à dire pendant une demi-heure que son incompréhensible détestation de l’entretien de Nabe avec Amaury Brelet dans Valeurs Actuelles : le petit minet, à la fois « écrivain » et « guitariste », auteur d’un Journal d’Anne-France (sic) et de La chorale des cadavres (sic bis) se croit autorisé à faire des reproches à l’auteur du Régal !…

     Dernière chose : on conseille au petit Romain Jules Guérin d’arrêter de rajouter le prénom « Jules » dans son patronyme banal, tout ça pour rappeler, sans avoir les couilles de le montrer, qu’il se sent sans doute dans la lignée du forcené antisémite Jules Guérin (1860-1910) le fameux rebelle, un vrai celui-ci, qui, en refusant de se laisser arrêter par la police dans le quartier de la gare de l’est en 1899, a immortalisé sa maison rue Chabrol en « Fort-Chabrol » jusqu’à en faire une expression courante.
     Romain Guérin se croit-il les épaules pour subir un siège autre que celui de ses velléités d’ « artiste » dans son petit appart’ de pauvre con « patriote », sur son canapé soralien, ordi sur les genoux, en train de crachouiller sur Marc-Édouard Nabe ?

Jules Guerin


2) Lotfi Hadjiat

     Quant au second, lui, c’est un laïbien arabe, Lotfi Hadjiat, horrible donneur de leçons dans la stricte obédience du Libre Penseur, publié par lui, promu par lui « grâce » à ses chroniques sous le pseudonyme de Le Bouc Émissaire, et également soutenu par les éditions hyper complotistes Hades. Ce monsieur, qui, à le lire, est torturé de jalousie devant toute vraie écriture, se permet dans son dernier « livre » (Les ennemis de l’humanité, 2019, aux éditions Fiat Lux) d’attaquer Nabe sous la dictée évidente de Salim Laïbi.
     Tous les deux en arrivent à souhaiter la mort des parents de Nabe pour, en quelque sorte, mettre fin à leur souffrance d’avoir engendré un tel monstre ! Que dirait-il, l’exemplaire enfant Lotfi quand Nabe se mêlera de souhaiter une sévère intubation pendant quinze jours dans un hôpital d’Alger avec sondes dans leurs culs à monsieur et madame Hadjiat confinés dans la même chambre d’hosto pourrie pendant trois semaines avant de crever les poumons en feu ?
     En plus, cet infect Hadjiat ment comme son maître dentiste prompt à accuser tout le monde de mensonge : il est impossible que, si c’est vrai qu’il soit venu au Petit Journal, Marc-Édouard se soit montré « immonde »… Même avec lui !