mardi 15 août 2017
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Edgar Morin : le vieux con qui ne mourra pas idiot

 

À presque 100 ans, le philosophe-sociologue-mon cul Edgar Morin est toujours aussi surévalué… Le crypto-coco, qui avait eu la chance de cosigner le film de Jean Rouch, Chronique d’un été (1960), n’a cessé depuis de se montrer plus creux et pontifiant, malgré sa simplicité feinte, tout ce qu’il faut pour duper les foules de faux intellos… Après avoir professé un antisionisme de façade, Morin, qui est allé jusqu’à faire un livre avec Tariq Ramadan (mais pas plus loin), finit comme tous les autres vieux sages acclamés : Michel Serres, Stéphane Hessel, Sœur Emmanuelle, etc. Avoir l’air d’avoir tout compris tout en faisant le humble qui n’a rien compris de la « complexité » de la vie ne donne pas plus de profondeur à ses profonds truismes.
     Sur son twitter, dont il est si fier (et dont on vante dans « Salut les terriens » la pertinence des aphorismes pourtant si faibles, mais qui, pour Thierry Ardisson méritent bien un « big up »…)—

— Edgar Morin vient de faire semblant de ne jamais avoir entendu parler de Marc-Édouard Nabe…

     Ce ne serait pas grave si c’était vrai, mais le vieux surfait emploie la technique de l’ignorance feinte en guise de mépris ou d’argument fondé… Tout ça au détriment d’un jeune lecteur enthousiaste qui, n’y voyant goutte, cherche sincèrement à l’informer. La non-réponse de Morin signe son acte de futur décès. On peut être vieux tout en n’étant pas si petit.