vendredi 12 octobre 2018
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Élisabeth Levy : salope ou bien poufiasse ? On « hésite »…

Elisabeth Levy a cru encore frapper ! Vous savez, cette alcoolique désagréable gueuleuse et squatteuse de tous les débats télévisés, à qui Frédéric Taddeï, le grand indépendant, renvoie un ascenseur branlant en l’invitant, évidemment, une des premières dans une de ses premières nouvelles émissions… Évidemment, elle lui a consacré sa dernière une, parbleu : Taddeï ne pouvait que l’inviter, comme il le faisait, malgré la désapprobation de Nabe, dans Ce soir (ou jamais !). Cette anti-Arabe rabique ne pouvait que justifier les invitations taddeïennes des quatre « cerveaux malades » dénoncés lors de la rafle du Cohen, et dans le Figarovox bien entendu : Taddeï a bien fait d’inviter Dieudonné, avec qui la Lévy rappelle qu’elle s’est entretenue. Soral pareil, sauf qu’Elisabeth ne peut plus raisonnablement parler avec un tel obsédé (elle ne dit pas de quoi explicitement). Pour le cas Ramadan, c’est réglé : Taddeï ne pouvait pas occulter le représentant d’un mouvement musulman aussi important.
     Sur Nabe, la poiscailleuse postillonnante s’étrangle : l’arrête Nabe reste coincée. Elle aurait « hésité », elle, à l’inviter, car c’est peut-être un « salaud » (qu’est-ce que c’est, un salaud ?), et « isolé » en plus (plus pratique pour l’ostraciser)… Qu’importe, c’est tout à l’honneur de son ami Taddeï de lui avoir donné la parole (ce que ne ferait pas la Lévy, on l’a compris) « quinze minutes » : tout le monde sait, sauf elle, qu’il s’agit de sept minutes dix. Et qui est à plaindre d’avoir reçu des coups ? Le pauvre petit Fredo ! C’est jamais Nabe qu’on plaint de se faire tabasser médiatiquement, mais celui qui l’a invité mérite tous les égards, lui.

Frédéric Taddeï regardant son invitée Elisabeth Levy, Interdit d’interdire, RT, 2 octobre 2018.