mardi 15 août 2017
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

De : Nicolas Gabet
Date : 28 juillet 2017 à 14:33
Objet : Les Porcs
À : contact@marcedouardnabe.com

      Bonjour !

     Je me permets quand même un petit commentaire sur Les Porcs, bien que j’aie pas encore fini de lire. Je ne saurais parler de style, ne connaissant pas grand chose, mais c’est très bien ficelé, ces petits chapitres, je ne me fais pas chier une seconde, je pouffe de rire assez souvent, ça suffit. Un truc qui me réjouit particulièrement, c’est votre rapport minutieux des évènements.

J’avais 11 ans le 11-Septembre 2001, je rentrais en 5e. Je ne comprenais strictement rien à ce qui se passait, et ça ne m’intéressait pas plus que ça. J’étais assez simplement fasciné par la tronche de mon père devant la télé. Je me souviens aussi d’un « débat » le lendemain en anglais… Il y avait en gros deux camps qui régurgitaient ce que disaient leurs parents. L’un représenté par une blonde, dont je commençais à me sentir amoureux, qui disait que les américains n’avaient que ce qu’ils méritaient (j’invente rien). L’autre représenté par un blond anglophone, qui s’insurgeait contre ce que venait de dire la blonde. Mais où voulais-je en venir… Oui, vous éclairez donc tous ces évènements (les faits, la télé, et mon propre ressenti de gamin grandissant) d’une nouvelle lueur… Je ne sais pas comment expliquer le bien que ça fait pour un type de ma génération, qui a bien failli se manger le panneau Soral vers 2010/2011, de vous lire, je ne trouve vraiment aucun détail inutile, les descriptions minutieuses des émissions et des méthodes d’Ardission… Quand on sait l’importance qu’avait dans ma famille, et dans plein d’autres évidemment, la télé et plus particulièrement ce genre d’émissions, ce « déchiquetage » fait du bien, vraiment. Courage pour la suite !

De : Nicolas Gabet <no-reply@marcedouardnabe.com>
Date : 28 juillet 2017 à 21:51
Objet : Formulaire de contact : Kafka
À : contact@marcedouardnabe.com

     J’ai rien d’autre à foutre peut être, mais j’ai personne avec qui partager ça surtout. J’ai trouvé aujourd’hui un bouquin dans ma médiathèque, un rassemblement de textes de Kafka. Et celui qui m’a ébloui, autant qu’un con provincial puisse s’éblouir de littérature, c’est Chacals et Arabes. Comme quoi tout avait déjà été écrit… Avant d’en faire des Disney (je déconne pas, je me réveille !) ou autres conneries, un Kafka, c’est luisant. Une bande de chacals à la fois adorables et menaçants qui proposent au narrateur (Chut, ne réveillez pas les arabes !) de les égorger, comme on leur avait prédit… Pour finalement se retrouver avec l’Arabe guide qui rigole disant « t’inquiète ! c’est juste une bande de fous, c’est pour ça qu’on les aime bien », pis leur filer un chameau mort à bouffer. Ce texte brille encore. Je ne sais pas pourquoi j’ai envie de vous parler de ça. Peut être parce que si je parle de ça dans mon « entourage », on me prend toujours pour un taré ou un con, ou que sais-je. Peut être aussi parce que ce texte écrit de la main d’un Juif éclaire d’une belle lumière la force des Arabes pourtant si salement décrits… OK. Je découvre la littérature, grâce à…. Merci. Bonne soirée

De : Nicolas Gabet <no-reply@marcedouardnabe.com>
Date : 28 juillet 2017 à 22:12
Objet : Formulaire de contact : Le con oublie l’essentiel
À : contact@marcedouardnabe.com

     J’oubliais l’essentiel de ce que je voulais dire : un Kafka ça me tue en trois pages. Mille pages de Porcs révélés par Nabe, c’est au delà, pourquoi cette comparaison, rien à voir ? Parce que je sens que je ne sortirai pas indemne de cette lecture. Preuve que ce livre est important. Non pas que je veuille réduire ces mille pages, loin de là, mais votre livre me met une aussi grande gifle qu’un texte de Kafka. Je pouffe de rire, puis je me rends compte, puis j’ai honte, puis je pouffe, enfin c’est une œuvre. Et bien pire. Voilà. Bref, vous avez tout mon petit soutien, aussi impuissant soit-il. Ces Porcs ont une grande importance, je les lis comme l’histoire, racontée chronologiquement, depuis 1999, avec un talent qui existe heureusement encore. Parce que d’habitude je trouve ça chiant. Là, c’est bon…. Stop, salut.

De : Nicolas Gabet <no-reply@marcedouardnabe.com>
Date : 1 août 2017 à 09:18
Objet : Formulaire de contact : Encore « conspi » !
À : contact@marcedouardnabe.com

     Mon Dieu ! Les « conspis » sont encore partout, même là où on les croyait morts ! J’en ai eu un dans ma piaule hier soir ! J’ai même failli dormir avec ! C’est quelqu’un qui regarde beaucoup de « reportages ». C’est dur. Courage.