dimanche 16 février 2020
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Haoulia, espèce de déboutée !


Quelques nouvelles des stupides procès de Naïma Haoulia contre Marc-Edouard Nabe… On en était resté à l’assignation du 14 novembre 2018 (voir Nabe’s News du 27/12/18) où Haoulia, conseillée par son Salim Laïbi, osait demander 100 000 euros à l’écrivain de « Où puis-je vous la mettre Maître ? » pour ses ripostes à son larçin de 8000 euros et à son acharnement judiciaire. L’audience, prévue pour le 28 novembre 2018, avait été annulée.
     Grâce à la professionnalité impressionnante de Maître Mathieu Croizet (voir ses conclusions du 18 Mars), et après plusieurs renvois répondant à de nouvelles assignations (dont celle du 25 mars 2019 pour le 14 avril), l’avocat de Nabe a pointé l’amateurisme et les erreurs de timing de la demanderesse et de ses conseils ( Campana et Laïbi ). Ô combien de gaffes sur l’espace et sur le temps ( propres à ce duo de juristes nuls Laïbi / Haoulia ) !
     C’est le 13 juin 2019, et à Avignon, que l’audience a finalement eu lieu. La perspicacité du président Aznard a vite fait de découvrir, sur la forme, un vice évident dans les procédures (la prescription des faits et la mauvaise élection ) et de soulever, sur le fond, que les « attaques » de Nabe ne pouvaient pas être jugées sans prendre en compte qu’elles sont des réponses à la défense effectuée par madame Haoulia de son ennemi Salim Laïbi.

     Après un projet (finalement abandonné) de réouverture des débats le 2 septembre 2019, une audience a lieu le 7 octobre. L’ordonnance en référé du président Olivier Lefrancq tombe le 4 novembre 2019. Le juge des référés d’Avignon a tranché : il « déboute » toutes les demandes d’Haoulia et déclare Madame Haoulia « irrecevable et en son action » !

     Il ne restait plus qu’à cette marteau à réenfoncer le même clou tordu (l’affaire de la lettre ouverte déjà jugée le 20 juillet 2018) en faisant reconvoquer « M. Zanini » à Marseille pour le 24 janvier 2020 par une citation en correctionnelle, encore plus brouillonne et fautive que les autres. En l’absence d’Haoulia et de sa copine Fima, l’audience pour laquelle s’était déplacé de Paris Maître Croizet, avocat de Marc-Edouard Nabe, vient d’être renvoyer à une date ultérieure. A suivre (pour finir ?)…

Documents :

*

*