mercredi 29 août 2018
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Les dégonflées des éclats :
6) Stéphanie Palhon

C’est notre ami Charles Branco (réalisateur du 7 janvier de Nabe) qui avait amené à la galerie une certaine Stéphanie Palhon, maigre pocharde en salopette déjà bien éméchée ce soir-là, afin qu’elle raconte à Nabe et à la bande ses souvenirs de son enrôlement au sein d’Égalité & Réconciliation. Toujours aimable, l’équipe l’avait mise en confiance et, on le voit dès le début de la vidéo, Stéphanie accepta tout à fait d’être filmée et de finir dans un Éclat. Elle ne se gêna pas pour exprimer toute sa rancœur sexuelle de femme trop rejetée ou pas assez (ça reste flou) par la secte soralienne, Vincent Lapierre en tête, ou plutôt en queue… C’est par générosité que David Vesper et Nabe ont monté, à son avantage, un Éclat diffusé comme tous les autres avec un délai de deux ans. Réaction immédiate de cette pauvre fille livide qui le devint plus encore lorsqu’elle vit débarquer dans « sa » soirée un essaim de sœurs kosovares plus belles les unes que les autres : faire immédiatement retirer la vidéo de Youtube !…
     Elles se seront données le mot, les fausses belles et fausses rebelles qui minaudent devant la caméra vesperienne et qui après chient dans leurs culottes en dentelle ! Prétextant qu’elle recevait dix fois par nuit des menaces de mort des anciens d’ER prêts à la vitrioler, Stéphanie Palhon était sur le point d’engager des poursuites pour éliminer de la série des Éclats toute trace de son passage. Soit ! Qu’est-ce que ça peut foutre à la Postérité, et même au saint Présent, que cette vidéo d’elle soit provisoirement inaccessible sur le net ? Rien, bien sûr.