vendredi 1 mars 2019
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Mail inédit (et sans réponse) de Marc-Édouard Nabe à Daniel Schneidermann

En 2011, Daniel Schneidermann a pris la défense de Nabe (et de Dieudonné) après la sortie de L’Enculé. Il semble que ça lui restera collé à la chaussure toute sa vie, car 7 ans après, on lui ressort toujours cette « infamie ».

Notamment un groupe d’ « antifas » essayant de lui pourrir la sortie de son nouvel ouvrage Berlin 1933. Une bonne occasion pour Nabe de venir à la rescousse (si on peut dire !) du pauvre martyr antifasciste et pro-nabien.

À lire, le mail inédit de Nabe à Schneidermann :

     Mar 06/11/2018, 15:36
     Cher Daniel Schneidermann,
     Je vois que les antifas réglementaires vous titillent pour un vieil article (nul) sur mon Enculé de 2011, où vous vous trompiez lourdement sur l’un de mes meilleurs romans, mais où vous disiez juste sur mon « antisémitisme  » et ses « droits ». Sur twitter, vous avez absolument raison de bien faire la différence, déjà entre Dieudonné et moi, puis entre nous deux et l’Etat français qui, entre autres états, s’est « illustré » dans les années 40.
     Cela dit, j’ai feuilleté votre livre Berlin, 1933, mieux que vous n’aviez lu L’Enculé à sa sortie, et je voulais vous dire que c’est pas nul (sur le Saint Louis, sur Duhamel, sur l’interview d’Hitler) mais vous n’avez pas assez travaillé votre sujet. C’est bien de citer Karl Kraus et Roger Vailland, mais qui sont-ils pour le lecteur de 2018 ? Il fallait mettre leurs positions sur Hilter en perspective de leurs œuvres et parcours respectifs. En bon journaliste, vous devriez le savoir. Et puis sur Mein Kampf, c’est léger : on dirait que vous n’avez pas fait l’effort (car c’en est un !) de le lire et d’y trouver LE passage essentiel que j’ai l’impression que seuls Claude Lanzmann (avec qui, vous l’ignorez sans doute, j’entretenais une communion d’esprit faite de respect et d’admiration mutuels) et moi avions remarqué… D’ailleurs, sur l’affaire Karski, vous n’avez qu’un point de vue de spectateur, et même si ce n’était pas le sujet, vous passez sous silence la polémique 2010 avec cette lope de Yannick Haenel.
     Quant à votre question naïve de la fin et du bandeau « Pourquoi n’ont-ils rien dit ? », elle ferait presque rire si ce n’était tragique. J’y esquisse une réponse dans mon article pour défendre Lanzmann (http://www.nabesnews.com/lanzmann-etait-mortel) et dans mon tract « Et Litttel niqua Angot » (2006) qu’aujourd’hui même des lecteurs relancent sur mon twitter.
     Bosse, ami Schneidermann, et tu comprendras pourquoi « ils » n’ont rien dit.

Attentivement,

Marc-Edouard Nabe

Les tweets de Schneidermann :

L’article de l’antifa :

Que cela ne nous empêche pas de revoir l’interview de Nabe par Judith Bernard pour L’Homme qui arrêta d’écrire (2010) sur Arrêt sur images :