jeudi 27 décembre 2018
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Océane, où sont tes couilles ?

Océane-Rose-Marie est devenu Océan. Tu parles ! Ce serait trop facile de se rajouter une verge et deux testicules dans sa tête… Il se trouve que cet(te) humoriste, auteur(e) du spectacle amusant La lesbienne invisible, Marc-Édouard Nabe l’a bien connu(e)… Merde, n’est-ce pas ?

Océane était en effet l’une des meilleures amies d’Audrey Vernon et elle a suivi heure par heure la fin de leur amour et leur rupture. En 2012, Océane se trouvait avec Nabe à Avignon alors qu’Audrey donnait son spectacle Marx et Jenny. Une photo les montre en train de se prélasser au bord de la piscine de la ville louée par la Vernon.
     Dernièrement, « Océan », donc, a été invité chez Laurent Ruquier. Elle pensait sans doute passer entre les gouttes du venin de Christine Angot. Mais ça ne suffit pas d’avoir changé de sexe pour être dans la ligne Angot ! Océane l’a appris à ses dépends. On visionnera l’extrait atterrant où la salope Christine, soutenue par l’hypocrite Giesbert, demande à l’hermaphrodite soupçonné d’antisémitisme (ça fait beaucoup à mettre dans une même culotte) de s’excuser (sic !) pour avoir blogué jadis qu’Israël s’était fondé sur la culpabilisation par les exploiteurs de la Shoah sur le dos des Arabes… Tabou ! Il faut dire aussi que, pas plus insensible aux charmes d’Houria Bouteldja qu’à ceux de Nabe (l’un des rares hétéros qu’Océane kiffait), le trans’ n’avait fait que reprendre les idées de la reine du PIR sur la question… Sans doute que sa sensibilisation au sujet n’était pas venue de nulle part. Quand on n’a pas les épaules (de docker) pour assumer, il n’est pas bon de fréquenter Nabe, même via sa femme du moment.
     À On n’est pas couché, on aura donc vu une gouine mal opérée devenue folle parce que trop contente de se croire désormais un garçon, chercher vainement sa paire de couilles pour l’envoyer à la face de navet de la garçonne Christine Angot ! Joli spectacle… Tu vois, Océane, ça ne sert à rien de s’imaginer qu’on est un homme quand on a pas les roustons réels qui vont avec. Si un travelo palestinien lit ces lignes, on aimerait bien savoir ce qu’il aurait fait à sa place…