dimanche 25 mars 2018
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

ArtBlakey se bat contre Wikicensure

Depuis deux mois, un contributeur de Wikipédia (ArtBlakey) a pris l’initiative de créer des pages sur Marc-Édouard Nabe. Mais c’était sans compter la méfiance, la désinformation et la bêtise d’autres contributeurs, bien décidés à caviarder les pages pourtant très complètes rédigées sur chaque livre de Nabe. Tout est parti de Patience. Avant, pour nier Nabe, on invoquait le Régal. Aujourd’hui, Patience est la nouvelle arme anti-Nabe, brandit par ceux qui ne l’ont pas lu mais qui savent déjà qu’ils ne l’aiment pas… Tout le monde sait que Patience existe, mais pas les rectificateurs neuneus de l’encyclopédie en ligne…
     La procédure de suppression a été lancée le 18 mars pour ouvrir un « débat » d’une semaine. Cinq contributeurs aux pseudonymes débiles (Oiseau des bois, Jean-Jacques Georges, Arroser, Panam, Fougère du nord) se sont ligués contre son créateur, ArtBlakey, pour justifier la suppression de l’article. Les pires arguments, servies de la manière la plus stupide, ont été amenés pour justifier la disparition. « Vous êtes monsieur Nabe, et vous souhaitez utiliser Wikipedia comme support marketing » (le « fond de la pensée » d’Oiseau des bois) : comme si l’auteur des Porcs avait que ça à foutre, comme un vulgaire Zagdanski… En 2018, il n’y aurait plus que Nabe pour s’intéresser à Nabe, ou comment prendre sa profonde méconnaissance pour la mémoire commune… Autre point : ne contribuer qu’aux pages sur l’œuvre de Marc-Édouard Nabe renforce le doute. Ah, le doute… Une connerie de plus pour cacher sa certitude, dans la plus sale tradition conspie. Et ça vient d’une encyclopédie réputée, qui se veut neutre et objective ! Ça ne leur vient même pas à l’esprit que Nabe puisse avoir des lecteurs passionnés au point de consacrer du temps à corriger l’injustice. Et ils n’en ont rien à foutre du contenu, des critères et du fonctionnement de Wikipédia : ce qui importe, c’est leur goût (de merde) et leurs a priori (débiles).
     La suppression de l’article est soumise au vote ! Jean-Jacques Georges vient voter. Qui c’est celui-là ? Monsieur donne son avis pour supprimer l’article sur Patience au nom du ton « légèrement publicitaire » et « édulcoré » de l’article sur l’écrivain, alors que l’on parle de son magazine… Peu importe, c’est ça la « liberté » sur Wikipédia ! Le 2 décembre 2015, au moment de la reprise de Patience 1 par Dar al-Islam, il avait manifesté son opposition à l’écrivain : « En ce qui me concerne, j’ai eu jadis une petite curiosité pour le côté « trublion » de Nabe, mais depuis qu’il a entamé ce virage – que j’ai renoncé à suivre en détail – après le 11 septembre, je dois dire que j’en ai ras-le-bol de ce personnage. […] je dirais que le plus triste pour un personnage de ce genre, c’est de ne même plus arriver à faire scandale ». Et sa lamentable voix compte au débat… En 2017, le site d’Europe 1 publiait un article sur les pages Wikipédia modifiées pendant la campagne présidentielle et ce contributeur parlait des « aux « antis » et aux « pros » qui veulent tirer les articles dans un sens ou dans l’autre ». En 2018, ça ne le dérange pas d’afficher ses opinions anti-Nabe, au point d’aller casser les articles concernant son travail… Sur sa page de présentation, Jean-Jacques Georges « ironise » sur les femmes en burqa, à la manière de Charlie Hebdo. On voit à quel genre de Porc on a affaire…
     Et pour ceux qui veulent bien rire, Jean-Jacques Georges, de son vrai prénom Marc, a fait l’objet d’un reportage d’Envoyé Spécial, le 10 novembre 2012. On le voit dans sa « chambre » (dixit la voix off), avec ses piles de livres (IIIe République, révolte des Taiping, Hitler, Che Guevara…). Le « touche à tout compulsif » est surtout un « connaît-rien » qui peut faire « jusqu’à 80 modifications par jour ». Voilà le genre de lâches qui font chier les authentiques passionnés et ceux qui connaissent leur sujet ! Le reportage montre également un chômeur du Nord de la France qui consacre son temps libre aux mines de sa région, autrement plus digne que Marc, flic dans l’âme, spécialiste de rien. Et il est bien seul : face caméra, même sa femme l’humilie et le rabroue : « il passe énormément de temps dessus, au détriment des fois des tâches ménagères et de la vie familiale […] ça ne laisse pas beaucoup de temps pour les vrais échanges avec des vrais êtres humains ». Marc « essaye de dealer » comme un gamin avec sa femme, plutôt sa mère, pour aller sur Wikipédia : « est-ce que tu es d’accord pour que je passe du temps sur l’ordinateur ce soir ou demain soir, elle me dit oui, elle me dit non ». On imagine Marc trop jouasse que maman dise oui pour aller suer comme un porc derrière son ordinateur, à modifier des pages aussi insignifiantes que sa vie… Sa « mère » désapprouve, et on ne peut que lui donner raison : « ça ressemble parfois aux passions des ados attardés ». Voilà le type d’« individu » qui contestent les articles concernant un artiste trop vivant pour ce fonctionnaire…
     Jean-Jacques « Marc » Georges est n’est pas le seul à intervenir pour retirer Patience des pages de Wikipédia. La petite Fougère du Nord vient aussi donner son avis de merde, en ironisant (encore !) sur le tableau situé au bas de chaque article, pour circuler entre eux, que Wikipédia nomme la « palette ». À l’origine, elle comportait les livres et la presse de Nabe, ainsi que les revues dans lesquelles il a écrit, puisque c’est un écrivain. Très pratique pour avoir son œuvre d’un coup d’œil et passer d’un livre à un journal. Mais pas pour la connasse : « Punaise !… Rhaaaaaa, dommage que la palette ne soit pas plus exhaustive, qu’il n’y ait pas ses disques préférés, romans préférés, films préférés, desserts préférés, ses lieux de vacances hiver / été, ses pays visités, ses copains ou connaissances, tout ça tout ça tout ça, quoâââ… ». Pour tenter de décrédibiliser le contributeur ArtBlakey, elle lui attribue un compte qui n’est pas le sien. Un autre contributeur, « Le Phrere » avait modifié le 24 août 2015 l’article sur Zinédine Zidane, pour y insérer le tract écrit par Nabe à son sujet en juillet 2006. À quoi bon admettre que ce n’est pas Nabe qui modifie ces pages pour faire une erreur aussi grossière ? Et ça passe sans problème, personne n’est repris, tout le monde se lâche dans le n’importe quoi et le traitement de défaveur. L’entre-soi le plus puant, le copinage le plus immonde, la bêtise la plus dégueulasse : Wikipédia.
     Évidemment, tel un tigre pris dans un filet, ArtBlakey s’agite et s’épuise, argument après argument, pour convaincre des juges autoproclamés qui n’ouvrent pas le dossier et n’écoutent pas la défense. Couic ! Seul à défendre la page, il ne pèse qu’une voix face aux trois favorables à la disparition de l’article (dont un zélé, Panam, exigeant la suppression immédiate !). Nabe subissait déjà la censure dans le système, pour être ensuite attaqué par le faux anti-système. Maintenant, il suffit de quatre ploucs connectés pour priver l’écrivain de sa véritable place. Un écrivain confirmé et reconnu, qui a publié 30 livres en plus de 30 ans, ne peut avoir d’articles à son sujet. D’autres pages vouées à disparaître de Wikipédia font l’objet de moins d’acharnement que Patience. Et ne parlons des centaines, des milliers d’articles mal foutus qui ne posent aucun problème à notre quintet d’abrutis…
     Ce qui arrive à l’article Patience, déjà symbolique, se propage dans les autres articles créés. J’enfonce le clou, Le Vingt-septième livre et L’Enculé sont à présent contestés par Oiseau des bois. Ce qui est drôle, c’est que L’Enculé avait sa page depuis novembre 2011 sans que cela ne fasse chier l’Oiseau… En parlant de merde, il faut s’accrocher pour lire ses « arguments » : Nabe a publié à compte d’auteur au Dilettante, ses livres ne sont plus en vente et n’ont pas eu de prix littéraire, ses parutions font des « buzz médiatiques ponctuels »… N’importe quoi !… Moins on connaît son sujet, plus on ouvre sa gueule ? Peu importe les réponses, l’Oiseau a chié sur les pages et s’est déjà envolé vers d’autres articles.
     Pour justifier leurs contestations, les contributeurs mécontents invoquent la notoriété ! Ces cons-là prennent Nabe pour un parfait inconnu… Jacques Chancel et François Busnel apprécient Loin des fleurs ? Peu importe. Le Figaro littéraire et le Magazine littéraire parlent de J’enfonce le clou ? Peu importe. Le Vingt-septième livre est salué par l’Express ou le Figaro magazine ? Peu importe. Ce qui pose problème est toujours ce putain de nom sur la couverture : Nabe. Les lecteurs de L’Homme qui arrêta qui d’écrire connaissent cette scène de la libraire suggérant à l’ex-écrivain de prendre un pseudonyme… Tous les mauvais prétextes sont bons pour censurer. Même si tous les arguments sont réduits à néants, ils ne changent pas d’avis. Ils sont ignares mais persuadés d’être dans le vrai, jusqu’à être paternaliste avec celui qui les contredit… Wikipédia reproduit la même censure exercée contre Nabe depuis plus de trente ans. Pas de quoi être fier !
     Toute cette histoire rappelle furieusement l’affaire Nabe-Loffredo. Les lecteurs de Nabe’s News auront lu toutes les pièces, Nabe n’est pas homme à se dissimuler… Toute la défense maladroite du tandem Brault-Loffredo a été sauvée par la justice, qui a condamné Nabe malgré tout. C’est au nom d’un témoignage totalement bidon d’un ami de Loffredo que Nabe se voit privé de ses couvertures…  Peu importe la solidité de la défense, l’artiste doit perdre. Wikipédia est tenu par des types comme Jean-Jacques « Marc » Georges, insignifiants, gras, incultes, sans vie, spécialistes de rien. Et on dirait que ça leur fout des complexes quand on connait son sujet… Pourquoi ? Sur Wikipédia, il n’y a pas de pourquoi…

Marc alias Jean-Jacques Georges dans ses pompes et dans ses œuvres…

*