lundi 25 septembre 2017
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Elisabeth Quin, les cheveux gris et toujours aussi conne

 

Cette pauvre Elisabeth Quin ! Nabe l’a connue en 1991, en petite lunetteuse timide, ravagée par la psychanalyse et troublée par la phrase de quatrième de couverture de Nabe’s dream : « Plus on connaîtra ma vie dans les moindres détails, plus je serai libre ». Là voilà en 2017, cheftaine vieillissante de l’actu politique à laquelle elle ne pige rien, entourée des pires chroniqueurs et crobardeux collabos bien-pensants du Paf d’Arte dans son 28 minutes soporifique. Et après avoir craché si bêtement sur L’ Enculé chez Naulleau (ici), elle range maintenant Nabe parmi les « révisionnistes et les « négationnistes  » dans Télérama, le confondant avec Soral, pour justifier d’être l’énième médiateur à refuser de donner la parole sur ses ondes de merde à l’auteur salutaire de Patience et des Porcs… Mal renseignée, la Quin ! Nabe est justement le plus grand opposant actuel au révisionnisme et au négationnisme. Un peu de travail journalistique lui aurait évité de proférer une telle connerie !