mercredi 28 février 2018
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Les conséquences

Les conséquences ? Elles sont très claires. D’abord, à cause des frais qu’aura coûté cette connerie, l’édition nabienne est pompée dans son modeste budget d’une bonne partie de ses moyens. Les Porcs 2 coutant 20.000€, et l’auteur étant privé d’à peu près la moitié, ça ne va pas être facile pour lui de mener à bien son impression… Le livre ne fera donc que 500 pages. « Hourra ! » s’en féliciteront les fainéants ! « Hélas ! » soupireront ceux qui constateront que seules les nouvelles pages sur Loffredo n’auront pas été retranchées…
     Mais plus grave, c’est l’antiédition elle-même qui est menacée par l’un de ceux qui contribua, même maladroitement, à aider Nabe à l’édifier. Le tribunal a jugé que Loffredo était l’auteur solo de la maquette de couverture, alors qu’il s’agit d’un travail collectif mené, de M.-E.N. lui-même à Thomas Moulin, le composeur. Il est incroyable que le Tribunal ait pris au sérieux le témoignage de complaisance de cet abruti de Manuel Roustan, DA de merde, qui n’aurait pas dû avoir la moindre crédibilité étant le meilleur ami (sic) de la pourriture Loffredo.

Virginie Hairanian béate d’admiration devant Manuel Roustons, le meilleur ami de son « homme ».

     Sourds aux arguments de maître Coutant-Peyre sur les droits ambigus de cette couverture rudimentaire, les juges ont estimé que Loffredo, s’il n’en détenait pas la propriété intellectuelle, pouvait se prévaloir de droits patrimoniaux et condamner sa reproduction « illicite » à 1€ dû par Marc-Édouard Nabe (évidemment, c’est rien). Mais, dans sa grande ambivalence, se faisant passer pour de l’équité, la Justice laisse l’odieux loisir au maquettiste félon d’entamer des poursuites judiciaires futures si Nabe réutilisait « son » placement typographique sur fond noir de la police « Accidenz Grotesk » (comme si c’était Loffredo qui l’avait inventé).
     Quand on pense que le balourd Brault en était venu, soufflé par Loffredo, à critiquer les précédentes couvertures de Nabe aux éditions du Rocher et du Dilettante, soulignant leur « laideur » alors qu’elles avaient été tout simplement créées par Siné, Willem, Gébé, Boisrond, Vuillemin, Fred …! Excusez du peu ! Il est donc fort probable que Nabe se « contente » de faire à nouveau appel aux services des plus grands dessinateurs de notre époque, pour ses prochains livres, si prochains livres il y a. Pauvre connard de Loffredo qui va se retrouver tout seul avec sa « collection noire » (il n’y a que lui qui appelait ça comme ça). On propose même qu’il se fasse fabriquer, selon « son » modèle, la plus lourde pierre tombale qui soit, afin d’enterrer son corps de traître constipé qui a vendu son âme pour 4000€ !

190 p. 24 euros. À paraître le 20 mars 2018.