vendredi 12 octobre 2018
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Les dégonflées des Éclats : 7) Virginie Lemoine

Qu’est-ce que c’est encore que cette vieille sous-comique qui chie de peur dans sa gaine, pour ne pas dire son panty (oui, on sait, ça n’existe plus : mais quand on voit la gueule et le corps de cette grande gigue flétrie, on a l’impression qu’elle a connu l’époque des panties !) ? Entrée dans la galerie Nabe en 2016 avec un petit boudin qu’elle a présenté à Anthoine comme étant sa fille, elle est restée sous l’œil de la caméra de Valentin, parfaitement consciente d’être filmée, et écoutant calmement l’exégèse généreuse que l’auteur de Patience lui faisait de son magazine… La Lemoine, dépourvue de toute distance, de tout humour, et de toute liberté d’esprit a attendu plusieurs mois pour découvrir son « éclat » dans le long flux de la série. Elle n’a rien de mieux à faire que de charger un avocat (un de plus !), le sinistre Alain Bouazis, d’envoyer une mise en demeure et une menace d’assignation si la vidéo était maintenue ! Motif : Virginie Lemoine ne veut pas se compromettre avec un tel monstre (elle ne parle pas de Bouazis), aussi charmant fût-il… Nous retirons donc (provisoirement) l’Eclat de l’« humoriste » sans éclat, celle qui a servi de partenaire et de « paillasse à foutre » (attention, pas de procès : la formule est du Professeur Choron pour désigner les compagnes de célébrités) de l’héroïque Laurent Gerra, qui a dû supporter cette nullasse à ses côtés avant de la plaquer justement. Ce n’est pas Laurent Gerra, même si toute la journée il entend des saloperies fausses sur Nabe égrenées par son auteur-nègre Albert Algoud, qui renierait d’avoir été pris en photo avec l’auteur de Rideau !
     Que Virginie Lemoine reste sagement dans son placard de ratée, avec, pour tout bagage enfermé avec elle, dans sa consigne, quelques téléfilms larmoyants sur l’adoption, les familles d’accueil et autres conneries.

Laurent Gerra et Marc-Édouard Nabe, Petit Journal, juin 2007.



De : Maître Alain BOUAZIS avocat
Date : ven. 31 août 2018 à 14:05
Objet : Formulaire de contact : Mise en demeure du 23 août 2018
À :

Monsieur,
Vous n’avez pas répondu à la mise en demeure que je vous ai adressée le 23 août et que vous avez reçue le 24 et dont le texte est reproduit ci-joint:

Aff : Virginie LEMOINE / M.E. NABE
Monsieur,
Je vous adresse la présente en ma qualité de conseil de Mme Virginie LEMOINE.
Celle-ci m’indique que vous avez diffusé sur le réseau YouTube, une vidéo intitulée :
Que diable Virginie Lemoine allait-elle faire dans cette galerie ?
Avec comme sous-titre :
Début septembre 2016. L’humoriste Virginie Lemoine et sa fille entrent par hasard dans l’antre du scandaleux auteur de « Patience 2 ». Explications, consternations, ventilation (https://www.youtube.com/watch?v=bE4DfQtT4Ow).
Mme Virginie LEMOINE y est filmée à son insu et sans son autorisation en compagnie d’une personne qui n’est d’ailleurs pas sa fille.
Cette vidéo a été mise en ligne le 4 mai 2018 sans l’autorisation de ma cliente qui refuse par ailleurs d’être associée à vos idées très controversées dans l’opinion publique.
C’est pourquoi, je vous mets en demeure de retirer cette vidéo de YouTube et de tout autre réseau social dans les 24 heures de la réception de la présente.
A défaut j’ai pour instruction de porter cette affaire sur le plan judiciaire et de prendre à votre encontre toutes mesures propres à assurer la sauvegarde des droits de ma cliente.
Vous devez de ce fait considérer cette lettre comme une mise en demeure de nature à faire courir tous délais, intérêts, et autres conséquences que la loi, particulièrement l’article 1231-6 du code civil, et les tribunaux attachent aux mises en demeure.
Je suis à la disposition de votre avocat pour tout entretien qu’il pourrait souhaiter.
Je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments distingués.

Je vous remercie en conséquence de bien vouloir y répondre sans délai.
Je reste dans l’attente de vous lire.
cordialement

Alain BOUAZIS
Avocat à la Cour
34 rue de Liège 75008 PARIS
Tel: 01 42 78 15 97 Fax 01 44 70 15 01