lundi 2 septembre 2019
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Les personnages des Porcs parlent !

Sur Facebook et sur des blogs, ça n’arrête pas ! Ceux qui sont aussi dans le livre donnent leur avis sur l’affaire.

Évidemment, tout ça est excellent. Même si Moix s’en tire, la mise en lumière de sa duplicité sinistre, de son arrivisme, de sa flagornerie grotesque, de sa lâcheté proverbiale, de ses mensonges tous azimuts et de sa perversité totale (bien plus que de son soi-disant révisionnisme !) ne peut que réjouir le lecteur des Porcs. Ce dernier, d’ailleurs, n’aura pas appris grand-chose dans les « révélations » de cette rentrée littéraire… Celles-ci, en effet, n’auront fait que confirmer – virgule après virgule – ce que Nabe consignait en 2017 (et pour toujours) dans le premier tome de sa saga.
     Pour bien comprendre « la personnalité répugnante de Yann Moix » (Les Porcs, p.449), il suffit de se référer à ce qu’il confiait à son frère Alexandre à l’époque où il lui parlait encore : « Je veux être Nabe littérairement et Beigbeder pour les ventes. » (Les Porcs p.346). Et c’est dans l’espoir (déçu d’avance) d’atteindre cet objectif impossible et contre-nature que Moix aura, durant toutes ces années, jonglé maladroitement et sans la moindre conviction entre la subversion et la bien-pensance, entre le scandale et les honneurs, entre l’antisémitisme et l’israélophilie, entre Nabe et BHL… « Voilà aussi pourquoi, m’ayant pris pour un nazi, Moix s’était mis lui aussi au nazisme, jusqu’à commettre cette BD stupide, Ushoahïa, dont j’ai déjà parlé », poursuit le narrateur des Porcs (p.346).
     Oui, le lecteur de Nabe se régale en voyant les pro et les anti-Moix découvrir bien malgré eux tout ce dont ils s’étaient préservés en refusant de lire Les Porcs. Tous y vont désormais de leur commentaire et de leur analyse, toujours en retard bien sûr, et cette fois-ci d’au moins deux ans ! Décidément, chaque semaine qui passe ne fait que rendre ce premier tome plus indispensable pour comprendre l’époque.
     Mais ce n’est pas tout. Le lecteur peut aussi s’amuser de voir les personnages des Porcs eux-mêmes, amis comme ennemis, commenter l’actualité d’un des leurs. Ah, quelle matière encore !… La comédie porcine se poursuit ! Avec Alex Moix en tête, bien sûr ! Mais aussi Dieudonné, LLP, Blanrue, Vignale (voir son témoignage ci-dessous), Pierre Robin, Bricmont…
     La plus pertinente reste Houria Bouteldja, la pote indigène de Bricmont (« Apparemment, il fallait être gros, con et belge – pléonasmes – pour lui plaire… » – Les Porcs, p.593)… Houria, elle, ne fait pas semblant de s’étonner de la suffocante indulgence dont jouit Moix. « L’élite française dans toute sa veulerie. Que du mépris pour cette engeance. » écrit-elle sur son mur… Elle sait que Moix, tout antisémite fût-il, n’est pas de son bord, qu’il ne l’a jamais été, que son passif de réviso honteux lui sera pardonné, qu’il ne perdra rien à ses privilèges… Au contraire de la chanteuse Mennel, de Mehdi Meklat, de Tariq Ramadan, de Dieudonné, autant d’authentiques parias que cite Houria pour démontrer – à juste titre – qu’eux resteront grillés à vie, et notamment à cause d’enculés comme Yann Moix.
     Évidemment et comme à son habitude, Bouteldja préfère ne citer aucun Blanc. Encore une fois. Bien sûr. On a compris. Même pas Nabe ? Même pas. Pourtant dans le genre carbonisé à vie, en voilà un qui pourrait en remontrer à bien des Noirs et des Arabes, non ? Non, pas pour Houria.
     Quant à son mari Youssef Boussoumah, qui n’en rate pas une pour se montrer à chaque fois le plus Arabe bien-pensant possible, même dans le « radicalisme », il en arrive carrément (et toujours sur Facebook) à classer Nabe parmi les « crapules antisémites » que Moix côtoya à l’époque ! Et sans guillemets ! Entre Châtillon, Soral, Blanrue : la photo de Nabe !
     Alors Houria, toi qui ironises sur « les bons et les mauvais antisémites », Nabe, tu le ranges où ? Oui on le sait, Nabe malgré tout reste blanc, quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, il continuera de bénéficier des avantages du Blanc, de toutes ces faveurs dont les indigènes sont privés, on connaît. Ok. En attendant, voilà un moment qu’on ne l’a pas croisé sur un plateau télé, tu ne trouves pas ? Bon il faut dire que même si Taddeï l’invitait de nouveau, on l’imagine assez mal accepter de foutre l’ombre d’un orteil chez les bacharistes de Russia Today. Alors que toi… Eh ouais ! Facile de dénoncer les sionards à la Moix quand on est Bouteldja, mais tu ne penses pas que les poutiniens de chez RT mériteraient aussi un peu de ton « mépris » ? À croire que pour le PIR, il y a les bons et les mauvais islamophobes.

« Orange Joe »


Facebook de Boutelja sur Moix


Houria sur RT (2 septembre 2019)


Résultat des bombardements russes sur Idlib (août 2019)