mercredi 29 août 2018
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Lignes de crêtes par Docteur Marty

Le 25 juin, le blog Lignes de crêtes, autoproclamé antiraciste, antifasciste, féministe, internationaliste, etc., a publié un article intitulé « Histoire d’une rencontre, destins croisés », attaquant Sophia Chikirou, conseillère en com’ de Jean-Luc Mélenchon et désormais ex-patronne du Média.

Faux sur toutes les Lignes de crêtes

Un article retardataire, justement signé « La Veille » (son seul article depuis la création du blog, en février 2017), puisqu’il évoque la visite rendue par Chikirou à la Galerie Nabe le 13 juillet 2016, un Éclat de Nabe diffusé à la veille du premier tour de la présidentielle de 2017. 2016, 2017, 2018… le Crêteux est lent ! L’article entend s’en prendre Chikirou, en invoquant une soi-disant proximité politique, philosophique et littéraire avec Nabe, alors que les sujets de désaccords ne cessent de s’empiler pendant les 36 minutes de vidéo : Stefan Sweig, Éric-Emmanuel Schmidt, l’humanisme, l’anarchisme, Mélenchon, la Syrie, le social, l’État islamique, Charlie, Che Guevara, la République, et j’en passe.
     De façon conspirationniste, l’article exploite la supposée connivence entre Chikirou et Nabe, « pro- » puis « néo-nazi » (le vieux coup du Alain Nazinni, 1985 !), pour expliquer l’absence de consignes de vote de la France insoumise contre le Front national en 2017… Ce qui est tristement marrant dans cette histoire, c’est que Lignes de crêtes s’en prend à Chikirou en exploitant une vieille image de Nabe, née de son Apostrophes de 1985, et réactivée en 2006 par un montage de citations tronquées du Régal préparé par… Gérard Miller, son ex-collègue « insoumis » à la tête du Média !
     Tout ça pour faire de Chikirou est une fasciste infiltrée chez les « Insoumis » pour faire triompher Marine Le Pen… Illogique de conspi ! Pour appuyer son « propos », le blog traite l’auteur de Nuage, de Lucette ou de L’Homme qui arrêta d’écrire de « meilleur imitateur de Céline, celui qui a tellement plagié Bagatelles pour un massacre qu’il a été publié par Gallimard ». Faut-il être bête ou malveillant pour écrire quelque chose d’aussi faux… Non seulement Nabe n’imite pas Céline (c’est ne rien connaître ni à Nabe ni à Céline), mais Gallimard n’a jamais publié Bagatelles ! C’est trop facile de ne pas vouloir débattre quand on raconte des conneries. Quand on prétend combattre, on ne se contente pas de tirer : on vise juste. Les auteurs considèrent que les succès littéraires de Nabe « n’ont jamais tenu qu’à la fascination de certains milieux pour le vomi fasciste, de ceux qui à défaut de Céline, mangent du Nabe ». Le best-seller de Nabe reste Une lueur d’espoir (2001), vendu à 20 000 exemplaires, et qui n’a rien de Bagatelles pour un massacre, dont Lignes de Crêtes ne connaît rien non plus ! Et comme si ce n’était pas suffisant, « La Veille » se plaint de l’absence de condamnation de Nabe pour son Patience, comme le monstrueux Salim Laïbi. Qu’ils commencent à le lire avant de vouloir l’interdire !
Ça fait beaucoup de bêtises pour un seul article, même anonyme ! On ne trouve personne pour le défendre, à l’exception d’Antonin Grégoire, « sociologue » et directeur de la publication de Lignes de crêtes.

     L’antiraciste et l’antifasciste ironique, fier sur Twitter (où l’on apprend que le “djihadologue” Nicolas Hénin apprécie l’article) d’être bloqué par Nadine Morano (quand on le lit, on la comprend !), s’en est pris à tous ceux qui attaquaient la soi-disant proximité entre les « Insoumis » et le Front national défendue par l’article. Tous ? Non : mes piques portées sur l’image qu’ils se faisaient de Nabe sont restées sans réponse… Mépris ou crainte d’entrer dans une discussion sans avoir d’argument ? À part balancer la vidéo de Miller de 2006, il n’aurait rien à répliquer, le pauvre Antonin…

     On pourrait croire que ça s’arrête là, que Lignes de Crêtes exploite seulement l’image qu’ils se font de Nabe pour esquinter Chikirou. Pas du tout ! Le 3 juillet, ils ont fait irruption dans une table ronde organisée à Sciences Po sur le thème de la réédition des pamphlets de Céline, en présence d’Antoine Gallimard, Pierre Assouline, Pascal Ory, Henri Godard, Régis Tettamanzi, Denis Salas et François Gibault. Encore un combat de retard, puisque la polémique est éteinte depuis six mois maintenant, très bien résumée par Nabe dans un précédent numéro de Nabe’s News (« Bagatelle pour un Klarsfeld », Nabe’s News numéro 11). C’est par un Éclat de Nabe que les Céliniens ont appris, dès mai 2017, qu’Henri Godard ne ferait pas l’édition critique des pamphlets en préparation chez Gallimard.

     D’une voix chevrotante et enrhumée, un jeune (Antonin Grégoire ?) lit un texte en avalant les mots, manquant de s’étouffer, refusant la discussion mais imposant son monologue. Après trois longues minutes d’un confus caca nerveux, où l’auteur croit que Céline a écrit Bagatelles pour un massacre quand les nazis étaient en France, il ose balancer dans un sursaut de colère nasillarde : « S’il faut parler de Daesh parlons-en : ce n’est pas un éditeur musulman qui a édité le plagiaire de Céline, Marc-Édouard Nabe mais Gallimard. On ne sait pas si Daesh a lu Céline, mais ils citent et félicitent Nabe, qui diffuse leur prose assassine, parce qu’elle est la même que la sienne. Comme l’islamophobie et l’antisémitisme sont la même haine. »
     Encore Nabe ? À nouveau, Lignes de Crêtes se vautre dans la parano et la désinformation en faisant d’Antoine Gallimard un pro-fasciste qui publierait des auteurs antisémites à la pelle ! Rappelons que Gallimard a publié Visage de Turc en pleurs et Je suis mort dans la collection « L’Infini » (dirigée par Philippe Sollers) et que si Lucette est sorti en collection Blanche en 1995, c’est après de longs atermoiements de l’éditeur ! Ensuite, Gallimard n’a pas grand-chose à voir avec les pamphlets, puisqu’il n’a récupéré Céline que dans les années 1950 pour publier la « trilogie allemande » ! Enfin, Gallimard n’a pas du tout publié, ni republié, Au régal des vermines, et encore moins Patience, comme semble l’affirmer implicitement le nasillard. Deux livres vomis sans avoir été dînés par les Crêteux… Dommage que la vidéo s’arrête à la fin du speech, empêchant de connaître la réaction des Céliniens présents, qui connaissent bien Marc-Édouard Nabe. Le « happening » a fait l’objet d’un article, « Bagatelles pour un massacre, en “débat” à Sciences Po », signé lui « Lignes de crêtes », et reproduisant l’intégralité du « discours ».

La profonde méconnaissance d’un sujet n’est pas un problème pour Antonin Grégoire et Lignes de Crêtes, qui défendent une logique conspirationniste sans jamais s’interroger sur Marc-Édouard Nabe, puisque la description qu’en font ses ennemis leur suffit dans leur petit combat politique. Tant que l’on se croit du bon côté, on peut mentir, calomnier, diffamer, en s’assurant que personne n’osera répondre, puisque cela reviendrait à défendre « l’infréquentable », donc à l’être à son tour… Pourtant, il faut savoir restituer les faits, toujours les faits, rien que les faits ! Si vous ne voulez pas discuter, chers Crêteux, alors abstenez-vous de l’ouvrir sur des sujets que vous ne connaissez pas !

Docteur Marty