dimanche 16 février 2020
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Moix – Soral, même combat


Où l’on s’aperçevra qu’en mentant, lui aussi, Soral ne fait que ressembler à ceux qu’il prétend planter. Le 4 septembre, par la voix de son avocat, maître Damien Viguier, Soral exige de faire passer un droit de réponse dans Le Point, après la publication d’un article du « fameux » Saïd Mahrane, traitant Nabe de « balance » d’Ushoahia. Le journaliste faisait allusion à la célèbre photo montrant côte à côte Soral, Nabe et Moix, le 25 novembre 2004, à la fondation Dubuffet. Viguier veut absolument corriger : non, Soral ne fait pas un salut nazi, il fait seulement mine de les tenir à distance. Soral a peur d’être considéré comme un nazi… Ah, parce que c’était pas déjà le cas ? Dans son droit de réponse, l’avocat de Soral fait comme Moix : du révisionnisme… Évidemment qu’il esquissait un salut nazi (plutôt un salut fasciste) pour rigoler, dans une volonté goguenarde de mouiller Moix. L’explication de Viguier est faible et bute sur un point précis : pourquoi Alain Soral se tiendrait-il à distance de Moix, alors qu’en novembre 2004, Moix n’était pas le « sulfureux » d’août 2019 ? C’était plutôt Soral qui était « pestiféré » après son Complément d’enquête diffusé en septembre (et après lequel il a laissé la LDJ cogner son public à la librairie Au Pays de Cocagne pour devenir un « martyr »)…

     Le 6 septembre, un nouvel article, signé Pierre-Marie, attaque Moix en insistant sur le lien entre Ushoahia, Hitler = SS et le professeur Choron : « Mais oui, les dessins et la prose “vintage” de Moix sont bien d’un étudiant sous influence de la bande-dessinée maudite Hitler = SS, signée Gourio et Vuillemin et publiée en 1987 par Choron. C’est un régal de voir l’actuel Charlie-Hebdo critiquer (avec complaisance) les œuvres antisémites de Moix sans signaler l’existence de Hitler=SS. » Depuis quinze ans, Soral se revendique de Choron, jusqu’à prétendre que le prof’ aurait voté Le Pen en 2007 (alors qu’il ne votait jamais), le récupérer dans son anti-charlisme de 2015, et raconter même qu’il le rencontrait dans la rue avant sa mort, abandonné de tous. D’accord, mais pas de tout le monde, puisqu’un doc réunissant ses derniers amis a été réalisé par Martin et Carles (qui l’ont eux-mêmes trahis en 2015 en devenant « Charlie » comme les autres…) et est sorti sans l’aide ni la présence de Soral en 2009, bref…

     Ce que cet escroc de Soral ignore (on ne va quand même pas croire qu’un autoritaire comme Soral passe des articles qui vont à l’encontre de ce qu’il « pense »), c’est qu’en voulant à tout prix faire chier Moix, il le sert ! Absolument : insistant sur Choron, Hara-Kiri et Hitler = SS, il ne fait que reprendre l’explication de Moix lui-même, servie à L’Express le 26 août dernier ! Soral rentre dans le rang des soutiens de Moix inconscients ! Bien joué, Bonnet… En servant Moix, qu’il déteste, il fait du mal à Choron, qu’il prétend aimer, en le rangeant dans le camp des antisémites-révisionnistes, laissant penser qu’il avait des penchants faurisonniens en publiant la BD-(soi-disant)-inspiration de Moix ! Si l’album est d’un humour noir comme de la suie (de cheminée ?), il ne conteste à aucun moment l’existence du génocide. À l’inverse de Soral qui, pris dans le piège Faurisson, soutient des conneries aussi insoutenables que la porte vitrée d’une chambre à gaz qu’il aurait suffi de briser pour sauver des déportés, le faux calcul 6 – 3 = 6 ou les restes de gaz dans les murs d’Auschwitz…
     Soral, qui n’a en commun avec le prof’ que le crâne en peau de fesse, pourrait au moins balancer une planche ou deux d’Hitler = SS, que son public en ait connaissance. Quitte à être condamné, autant que ce soit pour autre chose des montages ratés ou des dessins nuls à chier. Si Soral ne le fait pas, c’est par trouille, encore elle ! Trouille d’être hors-la-loi (la BD est interdite d’exposition depuis 1990), alors que le PDF se trouve en deux clics sur Google, et trouille que l’on comprenne qu’Hitler = SS n’a strictement rien de révisionniste, et donc en contradiction totale avec la « pensée » de Soral. Vuillemin et Gourio sont au-dessus de tout soupçon, parce qu’ils ne cherchent pas à nier les chambres à gaz, mais juste à déconner dessus, comme Catsap l’a fait, sur place à Auschwitz, exactement un quart de siècle plus tard (Hitler = SS est paru en 1987, Catsap était à Auschwitz en 2012).
     Creusons l’incompétence de Soral : par qui a été défendu Vuillemin et Gourio lors de leurs procès pour Hitler = SS ? Thierry Lévy ! Le « cyclope des Carpates » comme l’appellent les conspis qui le voient aussi en pédophile, s’acharnant à le dégueulasser en ignorant tout de lui,notamment que son père, Paul Lévy, était un soutien de Céline après-guerre. Thierry Lévy a accepté de défendre Hitler = SS et soutenait même Dieudonné par principe en 2003 ! Encore une info que les E&Riens n’auront pas… Ils préfèrent s’exciter sur sa fausse menace physique à Dieudonné ou son « apologie » de la pédophilie…
     Lévy et Vuillemin, deux étoiles attirées par la planète Nabe : Thierry Lévy a été l’avocat de Nabe contre la Licra entre 1985 et 1989 ! Oui, 20 ans avant tous les « dissidents » minables, Nabe a été, à l’âge de 25 ans, la cible d’une procédure judiciaire pour incitation à la haine raciale ! À cette époque, Soral marchait dans la mode et racontait des blaguounettes sur FR3… En 2014, Soral n’a pas hésité une seule seconde à reprendre les mensonges d’Alain Jakubovicz, prétendant que la Licra n’avait pas jamais envisagée de poursuivre Nabe en justice. Non seulement le procès a eu lieu, mais la Licra a été déboutée ! Trop fort, ce Thierry Lévy ! C’est autre chose que le pénible Viguier…
     Quant à Vuillemin, avant de trahir Choron en travaillant pour Charlie Hebdo en 2015, Vuillemin était l’unique dessinateur des deux journaux de Nabe : L’Éternité (février – mars 1997) et La Vérité (2003 – 2004), dans laquelle « publiait » Soral (un court article et une interview remaniée en article…). C’est aussi Vuillemin qui a, en 1999, illustré le recueil de nouvelles, K.-O. et autres contes, réalisant la couverture ainsi que 27 illustrations ! Les gens bien informés, c’est-à-dire pas les journalistes qui ont découvert Les Porcs au moment de l’épuisement des stocks, savent que Soral s’est engueulé avec Nabe en juillet 2010, pour beaucoup de raisons mélangées, dont le refus de Nabe de lui communiquer le numéro de Vuillemin, à l’époque où Soral voulait sortir Yacht People, obligé ensuite de se rabattre sur le mauvais Zéon (ce qui ne veut pas dire qu’il existe un bon Zéon). C’est vrai que Nabe ne le lui a pas donné, ce numéro, mais c’était pour protéger Soral de l’humiliation d’un refus (c’était en 2009 ; aujourd’hui, Philippe est moins regardant puisqu’il accepte de travailler dans le Charlie de Riss)

     Revenons à l’« article » d’E&R sur Moix : dans les commentaires (habituellement lourdement censurés…), « Martin Gale » a dû irriter l’auto-proclamé « Maître du Logos » en balançant carrément le lien vers la chronologie de la relation Nabe/Moix publiée sur… Nabe’s News ! Quelques heures plus tard, « bergamotte » le remercie pour cette « Longue lecture mais vraiment vraiment intéressante ». Évidemment, les mecs ! C’est pas sur ER que vous allez être informés, passez sur NN ! Le commentaire n’a jamais été supprimé… Étrange ? Non, c’est la preuve qu’Égalité et Réconciliation est totalement inconséquent sur la « ligne » de son président : tout poisson est bon à prendre.
     Soral publie un article à la gloire d’Hitler = SS sans savoir qu’il a été défendu par une personnalité (Thierry Lévy) qu’il déteste ni qu’elle tourne en dérision les camps sans en nier l’existence ! Soral laisse faire l’amalgame entre Moix et Choron, qui se fait au désavantage de Choron, dans un style qui ne renieraient pas les sites d’extrême-droite sionistes qu’il prétend honnir mais qu’il ne fait que copier… À force de se vautrer dans l’ironie, il est incapable d’avoir une pensée claire (il dénonce le « tous antisémite » mais mène campagne pour faire de Voltaire un antisémite…). Soral est incapable de sortir un véritable « dossier » sur Moix : sa sortie de 2012 sur les écrits révisionnistes de Moix n’aurait eu de poids que s’il avait été capable de les produire. Son équipe, biberonnée à la logorrhée, se perd dans l’incohérence et la contradiction. Soral préfère laisser sa « clientèle » (c’est comme ça qu’il appelle son public) partager les bonnes sources, étant incapable de le faire lui-même… Tout est sur Internet, dit-il, c’est vrai, mais rien de bon n’est sur ER…

Dr Marty