lundi 25 mars 2019
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Saisie attribution
Le voleur Enault n’a piqué « que » 3000 euros à Nabe !

La justice ne renonce toujours pas à ses pompes et à ses œuvres… Nouvelles preuves de sa totale et fantaisiste pratique de la punition injuste. On se croirait à l’école, et c’est la réalité !
     Lisez attentivement cette répugnante paperasse scandaleuse : ça commence par 15 pages de justifications et de menaces de la part d’une bande d’huissiers qui se servent largement au passage ( lire la p. 5), en plus des 5000 euros ( + 1500) que la juge Caroline Kuhnmunch a offert au pauvre petit jeune homme Cabin-Enault qui s’est senti tellement offensé par un photomontage et un article de Nabe’s News… Comédien ! C’est juste pour récupérer du fric parce que son livre sur Dustan a fait un four! Est-ce à Nabe de raquer pour les invendus d’ Enault, le nul journaliste ? Et si c’était une question d’ « honneur », pourquoi demander encore une « réparation » financière, alors que l’article de Marianne RV et le photomontage avaient été retirés en temps et en heure ?
     Le tandem Justice-« Victime », dans la plus parfaite et impunité, a décidé quand même de faire cracher Nabe malgré le retrait d’Infomaniak. Et impossible de faire appel quand on n’a pas d’avocat. En copiant les manières barbares de la Haoulia, Enault a utilisé le ressort saisie-attribution, la nouvelle mode juridique dégueulasse qui fait que celui qui a perdu le procès (et qui avait toutes les raisons de le gagner) se voit ponctionné directement sur son compte d’une somme aberrante faite pour le ruiner : 8684,02€ !
     Plus que le braquage de la Marseillaise enclarinettée jusqu’au trognon ! Pour qui se prend cet Enault ? 28 ans, on le rappelle : quel début dans la vie que de commencer comme un vieux voleur vexé ! Ce n’est pas un service à rendre à ce faible jeune homme, madame le Juge, que de le conforter dans sa névrose débile. Il est content, il a pillé la société d’un écrivain de 60 ans libre comme l’air dont il aurait pu tirer des leçons de littérature mais a préféré lui piquer déjà 3000 euros sur les 8000 que monsieur « exige », crime contre l’esprit que la Justice l’encourage à le faire… Bravo ! Un seul aujourd’hui est en colère ! Et plus que Nabe, c’est le fantôme de Guillaume Dustan furieux d’avoir été si mal biographé par un tel minable immature qu’Enault, doublé d’un pickpocket chargé par la justice d’aller en toute légalité s’acharner sur un de ses amis écrivains des années 90 !

*

*