dimanche 15 décembre 2019
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Triomphe pour Paco Balabanov !

Pour la première fois, Nabe est porté en scène !

Un jeune comédien, Paco Balabanov, a réussi à trouver un théâtre à Paris pour jouer une bonne partie du pamphlet Aux rats des pâquerettes. Pendant un mois et demi, Paco s’est produit devant un public petit mais fervent, donnant de la voix au verbe nabien dans une mise en scène originale. Félicitations ! Il était important de saluer ce pionnier ! En espérant que Paco va dénicher une nouvelle salle ailleurs pour continuer son aventure…

Marc-Édouard Nabe (Rideau, Les Porcs) aura été l’auteur du seul texte explosif comme une grenade publié au sujet des Gilets Jaunes : un livre ultraviolent et révolutionnaire dont Paco Balabanov déclame des morceaux choisis.

Le comédien prête talentueusement vie aux mille personnages qui pullulent dans ce pamphlet : l’état, la police, la France, la société, les Gilets Jaunes eux-mêmes, coupables parmi les coupables de n’être pas révolutionnaires.

Chaque figure de cette crise y est rendue à sa véridique petitesse. Chaque revendication contestataire, de la baisse du prix de l’essence à l’établissement du RIC, renvoyée à son peu d’ampleur. Chaque violence et chaque neutralité à la justesse de sa cause.

Cette satire atroce par un artiste en exil qui ne craint plus aucun ennemi est portée sur scène avec théâtralité par les moyens d’une performance d’athlète. Elle est à mourir de rire. C’est une Terreur vociférée avec hargne dans une langue belle et métaphysique, seule solution finale au bavardage médiatique.

Voici le spectacle de l’erreur et de la soumission, du pouvoir méchant et du peuple docile. L’humiliation jubilatoire des mensonges qui nous minent. Le brûlot où tout est brûlé en holocauste pour l’Anarchie. La comédie qui emporte l’époque dans un éclat de rire.

Texte de C. C.

Petite revue de presse :

Lettre ouverte aux Pantoufles Jaunes

     A toutes les pantoufles qui reconnaîtront ce maître tiède. Se croyant lecteur de Nabe, il n’a pas eu la curiosité, ni le désir de
voir comment cela pouvait se jouer un texte comme Les Pâquerettes, pas prévu pour, et qui pourtant, par la voix l’âme & le corps de
l’acteur, révèle une lecture nouvelle. A La Croisée Des Chemins, c’est comme ça que le théâtre s’appelle, tout près de la station Volontaires. Des signes pareils, ça aurait du leur parler, ils auraient du s’y presser comme des petits poissons dans cette isba lautréanesque de la rue Mathurin Régnier. Mais où sont ils donc les lecteurs de Nabe ? C’est pourtant pas rien ce qui y vibre tous les mardis. L’acteur aime tellement que le Texte que c’est comme ça que tout le monde devrait aimer Jésus Christ. Deux fois j’y suis allée, j’y ai rencontrè des étudiants de La Sorbonne à qui l’écriture de Nabe s’est révélée (je ne plaisante pas). Et ils en parlaient tour à tour, lumineux, dans la rue, après le spectacle avec Paco Balabanov. Un lecteur parmi eux, remontait amoureusement à notre mémoire L’Enculé, et dans son élan analysait sa teneur et aussi les conséquences que ce livre de Nabe, parmi tous les autres livres, a porté. C’était comme s’il se vivait une suite aux  » Eclats  » de la Galerie ; et tout le monde vibrait encore dans la nuit de ce qui nous avait été révélé à l’intérieur.
     Il reste encore 2 mardis. Depuis la Première, Paco Balabanov a expérimenté une respiration nouvelle du Texte. Je n’en dirai pas plus, il vous en fera part lui-même.
     Et ce qui est terrible, c’est qu’il n’y a pas que les Mardis … Une fois que vous aurez vu en scène Aux Rats Les Pâquerettes, vous aurez trop à coeur d’aller Mercredi, Jeudi … pour Jean Genet. Paco et ses compagnons jouent Haute Surveillance. Et ce n’est évidemment pas par hasard, qu’ils jouent les deux Pièces. Tellement de liens circulent entre ces deux Textes , et les quatre jeunes comédiens se plaisent tellement à en expérimenter tout le sens… comme dans un laboratoire ! Mon seul regret est de ne pas avoir pu assister à chaque séance pour voir le truc grandir. Ce serait tellement beau après le spectacle de voir tout le monde rassemblé pour en parler !
     Chères pantoufles jaunes, soufflez bien aux pieds de vos maîtres : « Il ne tient qu’à vous de ne pas être des souchiens ! »
     Chères lectrices et chers lecteurs, croyez bien que je ne mets aucune ironie dans ce « Cher », j’aimerais que nous le soyons tous, il faudrait un livre pour développer ce mot : cher payé, cher vendu, cher donné, cher reçu … Quand Marc-Edouard Nabe écrivit un jour dans ses 33 ans « Je suis christocentrique » c’est qu’il y a eu également Arthur Rimbaud pour écrire « Je suis en Enfer » (puisque j’y suis, à vous de connaître l’âge qu’il avait alors !) Nabe comme Rimbaud ont écrit au pied de la lettre (punaise, qui me souffle au pied de la c…. ?) A nous de vivre pareil.
     Et si votre lecture se sait attentive, vous aurez perçu, au fur & mesure dans l’évolution des livres de Nabe, l’humilité avec laquelle il analyse les situations, pour en faire, entre autres choses ressortir le péché d’Orgueil.
     TOUTE RENCONTRE PAR LA LITTERATURE EST IMPORTANTE. Ce qui se joue dans ce Théâtre jusqu’au 31 Octobre 2019, est important.
     Lectrices, Lecteurs, Rimbaldien(ne)s, Nabien(ne)s, qui aimez Jean Genet, ou pas ! Ecoutez une bonne fois vos pantoufles, étouffez l’ Orgueil, ne perdez plus le précieux Temps. ET VENEZ AU THEATRE, RUE MATHURIN REGNIER, STATION VOLONTAIRES VOIR AUX RATS LES PAQUERETTES ET HAUTE SURVEILLANCE. JOUÉES PAR LA COMPAGNIE MONTOCIEL.

Nicole MERCADIER, samedi 19 octobre