samedi 11 septembre 2021
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Chevrotine pour un carabin
par Vie Sublime

Mathias Wargon, chef des urgences de l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (93), a cru bon de baver amer sur les inédits de Céline ayant refait surface. Comme à l’accoutumée, « Vie Sublime » a déchaîné la tempête sur le Twitter de ce minus anti-conspi, sioniste bêta dont l’arrogance n’a d’égale que l’inculture et la vulgarité. Mis très vite K.-O., Wargon a fait diversion en se gaussant de Nabe et de ses lecteurs, qui lui ont rendu au centuple la monnaie de son shekel (merde, c’est antisémite, ça !) !

Il manquait ce scalp à ma collection : celui d’un anti-conspi ! Je cherchais depuis des mois sur Twitter le bon client, scientifique de préférence. Avec la crise, le souvenir des rationneux que je maltraitais déjà à juste titre au lycée me titillait…
     La vie est de brûler des malentendus. Si les débunkers de la 25e heure, bardés de diplômes, ont un temps eu mon soutien face aux idolâtres raoultiens, il était hors de question que je supporte plus longtemps leur étroitesse de demi-hommes, sur-spécialisés dans le mépris de l’essentiel. L’un d’eux devait prendre pour le reste du groupe.
     J’hésitais… Allais-je me faire un chirurgien, une oncologue, un chercheur en biologie moléculaire, ou un doc’ quelconque mis en lumière par le Covid ?
     Céline a choisi pour moi. Comme au jeu de la taupe, l’affaire des manuscrits retrouvés a fait pointer le museau des ignares, pour qu’à coups de maillet je les force à rentrer dans leur trou.
     Mathias Wargon était de ceux-là. Mathias, chef urgentiste dans le 9-3, comme par hasard déjà croisé à la pizzeria L’Impasto du 12e. Je m’en souviens comme si c’était le 1er juillet 2021…

     En couple avec une ministre, Wargon est « l’élite » comme le fantasment les conspis, mais il reste jusqu’à l’os un lambda franchouille se devant de commettre ses petites saloperies sur Céline. Ce n’est pas parce qu’on est juif qu’on diffère des pétainistes « anti-collabos » du jour, gavés de sornettes tricolores, la Résistance et ma grand-mère…
     Chacun son obole de fiel cocorico ! Tout tweet susceptible de dégoûter davantage ses abonnés de Céline, Wargon le fêtait comme un rab d’Épuration. Et beaucoup venaient de types tâtant du stétho ou du microscope, dont j’avais appris à connaître l’indécrottable conformisme.

     C’était amusant de voir des figures familières, scientifiquement tatillonnes, m’ayant encensé et partagé à qui mieux mieux quand je me levais à l’aube pour démonter Raoult, se vautrer ensemble dans l’erreur et le contre-sens historiques. Dans l’intervalle, c’est vrai, les trois quarts m’avaient unfollow pour… quoi d’ailleurs ? Excès de fougue ? Trop de biscuits sur Melville, la sexualité au XIXe siècle, la Renaissance ?…
     Il faudrait fact-checker les fact-checkers ! Quand un Wargon s’élance comme un train de la honte pour dire beurk à « la moitié du Voyage » par exemple, deux trois extraits du chef-d’œuvre comme des coups de cuillère sur son gros pot devraient être épinglés directement sur son compte Twitter. Comme on rigolerait ! Avec ordre d’y pas toucher, jusqu’à ce que le monde soit au clair sur l’imbécile observation de ce doc’ un cathéter d’urine à la place du cerveau.
     Céline permet tout. Il déclenche moins de vocations antisémites qu’un sentiment d’impunité chez ceux qui le conspuent pour se refaire une virginité. Quoi de plus sale en effet que cette auge des propres-sur-soi, les chouchous du siècle ? Mon intervention aura changé un instant la donne.

     Mis dans les cordes, pathétique, Wargon a fouiné. Le chefaillon bourrineur s’est transformé en subalterne à cancan. Il a trouvé (quelqu’un a cafté) que j’incriminais Israël sur Twitter, puis mon lien tout à fait assumé avec Nabe, et il a cru m’avoir au chantage à l’antisémitisme…

     À 55 ans, il en était encore là. Trop mimi ! Le dernier il découvrait VieSub’ (ça dit tout) et il se montrait à merveille dans le genre faux innocent cherchant la mise à mort, en intimidant l’autre par des méthodes scélérates.
     Si le critère pour être soupçonné d’haïr les Juifs, c’est donner les faits et défendre ce qui est grand, parce que l’amour de l’art n’est pas compris, qu’il n’est pas pour ce genre de lourdaud baignant dans la névropathie sociale, le marécage psycho-politique, la honte primaire constante, parce que rien ne l’élève, aucune classe ou grâce ne l’anime, si tout ça est juste, alors qu’il crève car il ne vaut rien.
     Moi, quand on me traite d’« antisémite », je me ressers un jus d’orange.
     Il faut sortir de ça, Wargon, voyons ! Pour être libre, tu dois trahir ta condition d’obsédé sectaire au rejet épidermique qui tremble comme une fillasse dès qu’on aborde le sujet. J’aurais dû naître juif (ou juive ?) pour montrer l’exemple…
     La grande gueule s’est donc déballonnée à la consternation de tous. C’était si logique et pour lui si avilissant. Plus ça fait le mariole, plus c’est faiblard et louche, moulé dans les principes bateaux d’une République à la dérive. Wargon n’avait plus que le recours au public pour s’en sortir. L’anti-démago auto-proclamé me citait, m’exposait à la moquerie de ses 38 000 abonnés.
     Mais c’était foiré, encore une fois. Habilement j’ai dégoupillé, sous son tweet me citant, les captures bien léchées, bien articulées de notre « débat ». Ainsi tout le monde a vu et su, applaudissements ! Un geste pas si éloigné de celui du révolutionnaire serbe qui, dans Vogue le navire de Fellini, lance depuis sa petite embarcation une grenade dans le ventre même du cuirassier austro-hongrois…

     Après ça, le toubib de merde, naturellement, a explosé. Puis m’a bloqué en désespoir de cause.
     On avait donc, ce jour-là, des anti-conspis anti-antisémites en fronde face à de pseudos-antisémites anti-conspis redoutables contre les antivax antisémites pro-conspis aux prises avec des pro-vax anti-conspis anti-antisémites…
     C’était au tour de Nabe d’écoper, de subir les foudres du ricaneur hystérisé par sa défaite. Wargon perdait les pédales. Il ramassait comme jamais par tous ceux que son attitude avait écœurés, et c’est l’auteur des Porcs qui payait pour ça.
     Ce carabin éternel, d’une bassesse carabinée, ne dupait personne. Réflexions puériles, orthographe inepte, GIFS laids et régressifs, blocages à la chaîne… À part quelques paumés pris à témoin, notre pauvret à la voix fluette et sans coffre, bloquée sur un gémissement de chien abandonné par son maître (l’honneur), gênait même sa fanbase. Très peu osaient liker, il ne raflait que des approbations éparses, du doc’ Flaysakier à l’ex-présentateur de JT Bruno Masure, tous les sbabs incorporés, ridicules. Ah ! Jasons sur les wargonautes !…

     Tous les clichés y sont passés : l’ « abjection » de Nabe le « sous-Céline », son anti-sionisme révélateur, Wikinabia jugé mégalo, Nabe’s News « simple blog », et bien sûr le papa Marcel, seul personnage intéressant de la famille Zannini !… Bravo, les enfants !
     A-t-on le droit de signaler, au passage, que ce n’est pas très juif de focaliser sur le père biologique (Zanini), pour nier le Père spirituel (Céline) donc son Fils (Nabe) ?…
     Wargon a voulu jouer au con, jouons avec lui. Que dirait-il si on le ramenait, pour le comparer, à sa charmante belle-famille et à feu Lionel Stoléru, aussi pro-sioniste que le collabo Lucien Rebatet ? Ce n’est pas du Mathias pur jus, ce démocratisme anti-arabe, ce laïcisme à géométrie variable, cette bonne pulsion autoritariste sous couvert de belles intentions d’ado 100% Charlie, fouresto-rachel-khanien ?

     Plus de 25 ans que Wargon exerce et il n’a toujours rien retiré de sagesse dans l’exercice médical. Les corps craquent et cassent, s’enfoncent dans les râles, la plaine fume de désastre, et cet abruti fonce dans son tank, tout droit vers son bon droit étanche d’orgueilleux sans fibres, sans larmes, sans musique, sans rien.
     Wargon et Raoult, même combat de coqs fermés, péremptoirisant l’absurde. Si le toubib parisien n’arrive pas à contrer les conspis comme il se doit, c’est qu’ils sentent qu’il n’est pas pur 100%, du côté de la vérité. Ils hument un fond connu, mauvais… Une « incapacité à sonder sa propre ignorance dès qu’il ne s’agit plus de son domaine de compétence » comme dirait le bon @stef_duchesne.
     Soyons clair : c’est à cause de gens comme lui, soi-disant aux avant-postes anti-conspis, mais censeurs de Nabe, le pionnier en la matière, que la société est aujourd’hui submergée par ce cancer.
     Mais qu’en a à foutre Wargon ? Il a le nombre, toute une société pour lui. Il marche, repu et satisfait, comme un gouverneur aux colonies… Laissons-le donc à son complexe d’omnipotence pseudo-démocratique et bouclons sur ces quelques mots d’un des plus grands médecins de l’âme que l’univers ait jamais connu, Antonin Artaud :

     « Rentrez dans vos greniers, médicales punaises, et toi aussi, Monsieur le Législateur Moutonnier, ce n’est pas par amour des hommes que tu délires, c’est par tradition d’imbécillité. Ton ignorance de ce que c’est qu’un homme n’a d’égale que ta sottise à le limiter. »

Vie Sublime